COITOU André

Par Claude Pennetier

Ouvrier métallurgiste à Boulogne-Billancourt (Seine, Hauts-de-Seine) ; militant communiste ; "rabcor".

Fondateur du syndicat CGT de Bloch aviation à Boulogne-Billancourt (Seine), membre de la commission exécutive du syndicat CGTU des métallurgistes de la région parisienne, André Coitou mourut en juillet ou août 1935 après « une longue et cruelle maladie contractée dans les prisons de la bourgeoisie. » Rabcor, il avait été impliqué en 1932 dans l’affaire « Fantômas » puis condamné à 15 mois de prison et 3000 F d’amende. Libéré, il fut à nouveau emprisonné pour purger une contrainte par corps. Le Métallo de septembre publia sa photographie en indiquant : « André Coitou est mort tué par l’ennemi de classe. Pour avoir dénoncé dans l’Humanitéla préparation de la guerre, il fut impliqué dans le complot Fantômas ». Voir Isaïa Bir, Philippe Liogier, Maurice Grandcoing et André Requier.

André Coitou fut enterré à Boulogne en présence de très nombreux métallurgistes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article106242, notice COITOU André par Claude Pennetier, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 27 mai 2012.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Le Métallo, août et septembre 1935. - RGASPI, 495 270 81(1), dossier Jacques Duclos.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément