CORNILLON [Paris]

Ouvrier métallurgiste à Paris ; militant communiste ; opposant à la bolchevisation.

Cornillon était en septembre 1923 membre du Comité de l’École marxiste, aux côtés notamment de Marthe Bigot et Alfred Rosmer.
Il signa en février 1925 la Lettre des 80 de l’opposition communiste (voir Fernand Loriot). Il était alors membre de la cellule (ou du rayon ?) numéro 19 du PC. Il signa ensuite, en octobre 1925, la lettre au comité exécutif de l’Internationale communiste dite lettre des 250 - cf. t. 16 du Dictionnaire.
En septembre 1928, Cornillon versa une souscription à La Révolution prolétarienne de Pierre Monatte.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article106789, notice CORNILLON [Paris], version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2022.

SOURCE : Julien Chuzeville, Fernand Loriot, le fondateur oublié du Parti communiste, L’Harmattan, 2012, p. 225. — L’Humanité, 6 septembre 1923.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable