COUSTET Raoul

Par Antoine Olivesi

Né le 30 mars 1879 à Éguilles (Bouches-du-Rhône) ; cultivateur-propriétaire ; militant socialiste puis communiste ; maire de Mallemort (Bouches-du-Rhône) de 1924 à 1935.

Raoul Coustet fut élu conseiller municipal de la commune de Mallemort, située dans la vallée de la basse Durance, aux élections de 1919 sur une liste d’union comprenant onze radicaux-socialistes et cinq membres du Parti socialiste unifié auquel il appartenait lui-même. Selon un rapport confidentiel du préfet des Bouches-du-Rhône au ministre de l’Intérieur, qui reprend l’essentiel d’un rapport antérieur du sous-préfet d’Arles, Raoul Coustet démissionna en raison de querelles personnelles en février 1924 et forma avec Louis Marbec et d’autres candidats une liste contre le maire radical-socialiste Martin, également démissionnaire. À l’instigation de Coustet, passé entre-temps au Parti communiste, cette liste se présenta comme la plus à gauche car, déclare le sous-préfet d’Arles, « on veut paraître avancé » selon la mentalité méridionale.

Raoul Coustet fut élu le 16 mars 1924 avec neuf communistes « ou se disant tels » et devint maire de Mallemort, l’un des deux premiers maires communistes des Bouches-du-Rhône. Il fut réélu au renouvellement régulier de mai 1925, conservant trois de ses anciens conseillers, et présentant une liste entièrement communiste. En réalité, selon le même rapport, le conseil municipal de Mallemort était plutôt « d’esprit et de tendance socialiste unifiée » et Raoul Coustet est présenté comme un petit propriétaire à « l’esprit pondéré, bon administrateur, désireux de tout faire pour assurer la prospérité de sa commune », en bons termes avec les autorités. Il resta maire de Mallemort jusqu’en 1935.

En 1924, Raoul Coustet avait été candidat sur la liste communiste dans la deuxième circonscription des Bouches-du-Rhône (Aix-Arles) aux élections législatives et avait obtenu 5 435 voix sur 61 901 électeurs inscrits.

Candidat du Parti communiste, à nouveau, en 1928, au scrutin d’arrondissement, dans la circonscription d’Arles, il obtint 3 753 voix sur 29 622 électeurs inscrits au premier tour. Raoul Coustet se retira au second, obtenant tout de même 249 voix, à la suite d’un accord conclu sur le plan local entre communistes et socialistes, permettant ainsi l’élection du candidat SFIO, Sixte-Quenin*. L’appel du Parti communiste d’Arles à voter pour ce dernier a été publié par le journal arlésien L’Homme de Bronze. Son attitude contraire aux consignes nationales lui valut d’être traduit devant la commission de discipline du Parti communiste (I.M.Th., bobine 319). Le 25 octobre 1931, Raoul Coustet avait été, sans succès, candidat au conseil d’arrondissement, dans le canton d’Eyguières, recueillant 735 suffrages au second tour (335 au premier) sur 1 367 votants et 2 499 électeurs inscrits.

En juillet 1937, Raoul Coustet participa, avec Waldeck-Rochet et d’autres dirigeants du PC, à un rassemblement paysan organisé par les communistes à Saint-Rémy-de-Provence.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article107295, notice COUSTET Raoul par Antoine Olivesi, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 4 novembre 2010.

Par Antoine Olivesi

SOURCES : Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, II M3/55, 56 et 57 ; III M/54 ; VM2/255 (rapport préfectoral, 25 juillet 1925 cité), 282, 287, 288 ; M6/10805, rapport du 17 août 1926 ; M6/10809, rapport du 4 juillet 1937 ; M6/11379. — Le Petit Provençal, 19 et 26 octobre 1931. — Note de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément