JULIEN Lucienne, Madeleine

Par Jacques Girault

Née le 6 février 1907 à Narbonne (Aude), morte le 21 janvier 2000 à Auch (Gers) ; institutrice ; militante syndicaliste ; militante socialiste SFIO de l’Aude, conseillère municipale de Narbonne.

Son père, employé comptable dans le commerce, sympathisant socialiste, mourut à la guerre. Après avoir reçu les premiers sacrements catholiques, Lucienne Julien devait, à partir de 1929, selon son expression, devenir « anticléricale résolue ». Pupille de la Nation, elle suivit les cours des écoles primaires supérieures de Toulouse (Haute-Garonne) et de Castelnaudary (Aude) avant d’entrer à l’École normale d’institutrices de Carcassonne (Aude) en 1924. Institutrice à Lamalayede (1927-1929), à Arques (1929-1937), à Rieux-Minervois (1937-1939), elle fut nommée à Narbonne (1939), où elle devint successivement directrice d’école, puis enseigna au cours complémentaire jusqu’à sa retraite en 1964. Elle appliquait les méthodes pédagogiques nouvelles (Freinet, Steiner, classes promenades, etc.).

Adhérente de la section départementale du Syndicat national, élue au bureau syndical de la section en 1937-1939, Lucienne Julien participa, comme auditrice, au congrès national de l’année suivante. Adhérente du Parti socialiste SFIO depuis 1929, membre de la Ligue des mères et éducatrices pour la paix, de la Ligue des droits de l’homme, elle participa aux multiples actions de solidarité avec l’Espagne républicaine.

Déplacée d’office en octobre 1940, Lucienne Julien fut nommée du cours complémentaire à l’école maternelle et y enseigna jusqu’en décembre 1943, date à laquelle, recherchée par la Gestapo, elle entra dans la clandestinité. Membre du mouvement « Combat », elle appartint aux Forces françaises combattantes (Réseau Mithridate), puis au RPA à partir depuis 1941. Chez elle, se tinrent jusqu’en 1943 les réunions du bureau clandestin du syndicat.

Après la guerre, Lucienne Julien reprit son poste d’enseignement au cours complémentaire. Elle avait, depuis son séjour à Arques, participé au lancement de la Société du souvenir et des études cathares et s’occupait de sa revue trimestrielle. Elle exerçait aussi des responsabilités régionales dans la franc-maçonnerie (Droit humain).

Militante du Parti socialiste SFIO, elle présida le groupe des femmes socialistes de Narbonne de 1960 jusque vers 1980.

Lucienne Julien, conseillère municipale de Narbonne de 1959 à 1965, fit partie de la commission consultative communale chargée d’étudier les questions relatives au fonctionnement de la bibliothèque municipale et de faire des propositions d’achat au comité d’inspection et d’achat des livres. Elle fut aussi membre du conseil d’administration du collège classique de jeunes filles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article107700, notice JULIEN Lucienne, Madeleine par Jacques Girault, version mise en ligne le 8 novembre 2010, dernière modification le 11 juin 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. mun. Narbonne (Sylvie Costes). — Presse syndicale. — SHD Vincennes, GR 16 P 314432, GR 28 P 4 96 123 ; GR 28 P 11. — Renseignements fournis par l’intéressée, par Robert Amouroux et par Urbain Gibert.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément