DALBY Ernest

Par Claude Geslin

Né le 16 janvier 1889 à Guéret (Creuse) ; mort en juin 1935 à Nantes (Loire-Inférieure) ; typographe jusqu’en 1914 puis employé de commerce ; militant socialiste de Loire-Inférieure ; conseiller général.

Quatrième fils d’une nombreuse famille, E. Dalby débuta de bonne heure dans la vie comme apprenti typographe. Mais, victime d’une pratique courante à l’époque, il fut renvoyé à la fin de son apprentissage, le patron préférant engager un nouvel apprenti plutôt que payer un ouvrier formé. Il quitta alors sa famille et, à quinze ans et demi, commença un long voyage de ville en ville participant à divers mouvements de grève. Il travailla successivement à Vichy, La Châtre, Tours, Poitiers, Angers, Ancenis, Avranches — où il aurait été condamné en mai et août 1908 la première fois avec sursis, la seconde fois à quinze jours de prison pour coups et par défaut — à Paris où il se maria, à Nantes enfin ou il arriva en octobre 1914.

En 1912, il avait adhéré au Parti socialiste. Mobilisé en 1914 puis très vite réformé, il se donna tout entier à la propagande socialiste. En 1918, il était secrétaire de la coopérative de « l’Union des Travailleurs » fondée à Nantes pendant la guerre, il était aussi secrétaire de la Fédération socialiste de Loire-Inférieure. Délégué socialiste à tendance minoritaire en 1919 et secrétaire de la section socialiste de Nantes, il prit la lourde charge du secrétariat de la Fédération après la scission de 1920 ; il était assisté de J. Baylac, R. Laporte et P. Héry. Sans argent avec au contraire des dettes, il mena une campagne vive et ardente dans des salles où la majorité hostile était composée d’amis de la veille. Il réussit pourtant à redonner une nouvelle vie à la Fédération qui enregistra dès lors des succès remarquables. Il abandonna ses fonctions de secrétaire de la Fédération lors du congrès fédéral du 10 avril 1927 ; il fut alors remplacé par François Blancho. Cependant, il resta membre du comité fédéral et, en 1931, la section socialiste de Nantes lui confia un poste nouvellement créé, celui de secrétaire délégué à la propagande plus spécialement chargé de l’organisation de la propagande et du développement des groupes.

Il fut maintes fois candidat socialiste. Élu en 1919 conseiller municipal socialiste de Nantes, avec deux autres du Parti SFIO, Pageot et Eugène Leroux, il fut constamment réélu par la suite dans le deuxième canton. Adjoint au maire à trois reprises, il s’occupa, en tant qu’administrateur, du Bureau de bienfaisance. Il mena des actions vigoureuses en faveur des mallotis et s’intéressa plus particulièrement aux colonies scolaires de vacances et aux cantines. Il obtint aussi des augmentations d’indemnités pour les femmes en couches et les vieux travailleurs.

En 1925, il fut élu conseiller général du 2e canton et réélu en 1931. Il s’était aussi présenté aux élections législatives en 1919 dans le deuxième secteur de Loire-Inférieure, en 1924 sur la liste SFIO, en 1928 et 1932 dans la première circonscription de Nantes. Il avait été enfin candidat socialiste aux élections sénatoriales d’octobre 1932.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article107931, notice DALBY Ernest par Claude Geslin, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

Par Claude Geslin

SOURCES : Arch. Nat. F7/13606, rapp. 10 janvier 1919. — Arch. Dép. Loire-Atlantique, 1 M 117, 1 M 122, 1 M 601, 1 M 602. — La Bretagne communiste, 1923. — Jacques Bonhomme, 1935. — Le Travailleur de l’Ouest, 1921-1935.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément