DARDANTE Alfred

Par Didier Senécal

Né le 20 janvier 1893 à La Riche-Extra (Indre-et-Loire) ; mort en mai 1939 à Tours (Indre-et-Loire) ; facteur ; militant socialiste et syndicaliste.

Issu d’une famille de maraîchers, Dardante travailla à la campagne à partir de l’âge de treize ans. Il partit au service militaire en 1913, fut blessé en avril 1915 et réformé après avoir perdu l’usage d’un bras. Il adhéra au Parti socialiste SFIO en 1917 et, facteur à Tours en janvier 1919, au syndicat des employés PTT dont il devint le secrétaire en 1920.

Dardante fut délégué 9e congrès du syndicat national des employés des PTT, tenu les 3, 4, et 5 juin 1920 à la Grange-aux-Belles à Paris. Le 5 juin 1920 dans la séance de l’après-midi, il fut élu ou réélu « pour la province » membre du conseil syndical par 222 voix. Le 28 janvier 1922, il fut membre d’un comité provisoire d’action issu des minoritaires du syndicat des employés, qui visait à faire en sorte de conserver le syndicat et la fédération postale dans la CGT, suite au conseil national du syndicat qui avait décidé de rejoindre la CGTU. Ce comité lança un appel aux syndiqués à les rejoindre, dans le même temps où il délivrait des cartes confédérales CGT, et constituait le syndicat général des employé des PTT (CGT, confédéré). Dardante fut un militant important de ce syndicat, et fut régulièrement délégué de la 7e région à son Conseil national. Il fut également membre de la CA de l’UD confédérée de l’Indre-et-Loire à partir de 1923. De 1924 à 1934, il fut présenté régulièrement et élu aux élections des représentants du personnel à la commission de réforme des PTT de l’Indre-et-Loire, ainsi qu’au conseil de discipline régional des PTT de Nantes. Enfin il fut régulièrement présenté comme candidat au conseil supérieur des PTT, dont il fut membre suppléant au moins de 1930 à 1934.

Conseiller municipal socialiste de Tours en décembre 1919, il approuva l’adhésion du Parti socialiste à l’IC et fut membre de la CE de la Fédération communiste de février à mai 1921. Mais en août 1921, il démissionna du PC pour protester contre la « mainmise communiste » sur les syndicats, et rejoignit en 1922 la Fédération SFIO qui l’élut à sa CA au début de 1923. Il conserva ses responsabilités syndicales jusqu’à la fin de l’année 1934.

Réélu conseiller municipal en 1925 et 1929, il fut aussi candidat aux élections cantonales de 1928 au Grand-Pressigny et de 1931 à Loches, aux élections législatives de 1928 et de 1932 dans la circonscription de Loches. Il remplaça Brigault au poste de secrétaire fédéral de mai 1928 à janvier 1933.

Miné par une maladie de cœur, il abandonna progressivement toute activité militante et mourut en mai 1939.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article108146, notice DARDANTE Alfred par Didier Senécal, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 22 mai 2020.

Par Didier Senécal

SOURCES : Le Réveil d’Indre-et-Loire, 1920-1921. — Le Socialiste du Centre, 1922-1924. — Le Réveil, 1925-1939. — La Touraine syndicaliste, 1931 et 1934. — Bulletin mensuel des postes et télégraphes, 1924, Bull n°5 ; avril 1925 ; novembre 1930, p 828 ; 1931, Bull n°1 ; 1931, Bull n°1 ; 1931, Bull n°4 ; 1932, bul n°7 ; 1933, bull n°1 ; février 1933. — Le Peuple, 29 janvier 1922, 19 février 1929, 31 octobre 1930, 3 juin 1932, — L’Humanité, 7 juin 1920, 15 juin 1921. — Notes de Gilles Pichavant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément