DAVID Eugène

Par Jean Lorcin, Gérard Raffaëlli

Né en 1890. Ouvrier métallurgiste à la Chaléassière (Saint-Étienne) aux usines Leflaive, Eug. David fut un militant syndicaliste minoritaire ardent et passionné, partisan de l’action directe et violente. Dès janvier 1918, il préconisait que l’action pour la paix remplace l’action pour l’application du bordereau des salaires car « il se faut pas négliger d’écouter la voix des poilus qui se plaignent à juste raison que les ouvriers de l’arrière ne pensent qu’à faire la noce, pendant qu’ils ne font casser la g... » En mars 1918, il mena une action contre les contrôleurs de la main-d’œuvre chez Leflaive, contre les conséquences de la loi Mourier (renvois au front d’ouvriers mobilisés), et également contre le système des fiches de paie qu’il considérait comme une « œuvre de division des travailleurs ».

Toujours très violent en paroles, il prit une grande part aux meetings et manifestations qui devaient préparer le mouvement pacifiste de mai 1918, dans lequel il voyait une préfiguration du « grand soir ». Dès le 7 février 1918, il déclarait d’ailleurs : « on n’attendra pas quinze jours pour faire la révolution sociale ». Cette activité et surtout ses propos lui valurent d’être déféré en mai 1918 devant le conseil de guerre (1re catégorie). Libéré, il reprit son activité syndicale et adhéra le 28 novembre 1920 au comité syndicaliste révolutionnaire de la Loire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article108380, notice DAVID Eugène par Jean Lorcin, Gérard Raffaëlli, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

Par Jean Lorcin, Gérard Raffaëlli

SOURCE : Arch. Nat. F7/12994. — Arch. Dép. Loire, 92 M 250, 92 M 247.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément