DECOTTIGNIE (ou DECOTTIGNIES ?)

Syndicaliste CGTU des Métaux à Paris.

Il se confond selon toute évidence avec Alfred Decottognies.

Membre de la commission exécutive de la Fédération unitaire CGTU des Métaux, et secrétaire de la section des Métaux du XXe arr. de Paris, Decottignie fut exclu de son syndicat avec Guyot, pendant l’été 1931, pour avoir « usé, envers d’autres membres de notre organisation, de procédés fascistes nettement caractérisés » (op. cit., p. 5). Il était en fait lié au comité des 22 pour l’Unité syndicale. Il collaborait au Cri du Peuple en 1930 et participa à la conférence minoritaire parisienne réunie les 30 novembre et 14 décembre 1930.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article108620, notice DECOTTIGNIE (ou DECOTTIGNIES ?) , version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 12 août 2018.

SOURCES : Compte rendu du IXe congrès (11-13 juillet 1931) de l’Union des syndicats des travailleurs de la Métallurgie, Voiture-Aviation et similaires de la Région parisienne, s.d., 16 p. — Le Travailleur parisien, n° 11-113, octobre-décembre 1931. — Le Cri du Peuple, 1930.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable