DEGRIGNY Albert, Edmond, Désiré dit « Cent Kilos »

Par Claude Pennetier

Né le 2 septembre 1887 à Issoudun (Indre), mort à Bourges (Cher) en novembre 1928, A. Degrigny était ajusteur à la fonderie de canons des Établissements militaires de Bourges. Il appartenait au syndicat des ouvriers civils des EM, au conseil d’administration de la Bourse du Travail et aux Jeunesses syndicalistes. La police commença à s’intéresser à lui pendant l’été 1910 : « Au cours de la surveillance exercée sur la correspondance de Benoist Fernand*, il a été établi que ce dernier avait reçu vers la mi-juillet 1910, des brochures révolutionnaires provenant de Belgique, notamment de Bruges. Or, au cours d’un congé de quinze jours, du 5 au 20 août 1910, Degrigny s’est rendu en Belgique à Bruges et Blankenberge d’où il a envoyé des lettres à Benoist. » En septembre, un surveillant surprit Degrigny introduisant aux Établissements militaires dix-sept exemplaires de l’Insurgé hebdomadaire libertaire du Centre. Pendant cette même période, il présida une série de conférences de l’orateur anarchiste Sébastien Faure. Une perquisition au domicile de Degrigny, le 19 octobre 1910, ne permit à la police de découvrir que des exemplaires du journal d’Hervé : La Guerre Sociale, et de l’Insurgé. La préfecture l’inscrivit au Carnet B le 26 février 1912, un rapport du 17 avril 1914 estimait indispensable le maintien de cette inscription.

Mobilisé sur place à la déclaration de guerre, il défendit les thèses hostiles à l’Union sacrée dans son syndicat. Il ne joua cependant qu’un rôle secondaire dans la vie des Établissements militaires durant la guerre.

Après le congrès de Tours (décembre 1920), il adhéra au Parti communiste, fut membre suppléant de la commission administrative du Cher en 1922 et titulaire en 1923. En application des décisions du IVe congrès mondial, il démissionna en janvier 1923 de la Ligue des droits de l’Homme de Bourges dont il était un des dirigeants. Lors de son décès en novembre 1928, il appartenait au comité régional communiste et assurait le secrétariat de la cellule numéro 2 des Établissements militaires.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article108732, notice DEGRIGNY Albert, Edmond, Désiré dit « Cent Kilos » par Claude Pennetier, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Cher, 25 M 46, 25 M 132-133, rapport du 20 avril 1914. 33 M 112. — L’Émancipateur. — Claude Pennetier, Le Socialisme dans le Cher, 1851-1921, op. cit. — A.-M. et Claude Pennetier, Mémoire de Maîtrise, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément