DÉMARETZ Louis

Par David Noël

Née le 6 mai 1911 à Labeuvrière (Pas-de-Calais), mort en 1969 à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) ; mineur ; militant communiste du Pas-de-Calais ; volontaire en Espagne républicaine ; résistant FTPF-FFI.

Louis Demaretz en 1932

Né à Labeuvrière, près de Béthune, fils d’André Démaretz et d’Adolphine Blond, Louis Démaretz était mineur à Hénin-Liétard (Pas-de-Calais), où il résidait cité Darcy. Il figure sur le recrutement militaire de Béthune (Pas-de-Calais) en 1931. En 1932, à l’issue de son service militaire dans le Génie, il épousa Augusta Hénon, native d’Hénin-Liétard, avec qui il eut six enfants.

Mineur à la fosse 6 bis d’Hénin-Liétard qui dépendait de la Compagnie des mines de Dourges, il avait rejoint la CGTU en 1928, à la suite de la campagne pour la libération de Sacco et Vanzetti. Il adhéra au Parti communiste en 1933 et devint secrétaire-adjoint de la cellule d’entreprise de la fosse 6 bis. Il prit part à la conférence régionale du PC du Pas-de-Calais en 1936 et au mouvement de grève de mai-juin 1936. Il était également membre des Amis de l’URSS.

Arrivé comme volontaire en Espagne républicaine le 23 novembre 1937, il fut affecté à la 14ème Brigade internationale. Blessé au bras droit le 10 septembre 1938 dans le secteur de Corbera et hospitalisé, il demanda son rapatriement et parvint à regagner la France.

Mobilisé en 1939, il fut fait prisonnier le 29 mai 1940 et interné au stalag avant d’être rapatrié le 12 juin 1941.

À son retour dans le Pas-de-Calais, il rejoignit la résistance communiste, participant à la formation de dépôts d’armes et à des attentats contre les Allemands aux côtés de Michel Brûlé et Laurent Leterme. En août 1942, il prit ainsi part à l’attentat contre le transformateur de la Centrale de Drocourt, qui fit peu de dégâts faute d’explosifs. En janvier 1943, il participa à quatre sabotages de chemins de fer entre Hénin-Liétard et Billy-Montigny ainsi qu’au sabotage de la Centrale d’Harnes et à l’incendie des cuves d’essence Kuhlmann. Envoyé par la direction des FTP dans le secteur de Béthune en janvier 1944, il prit part à plusieurs sabotages de péniches et d’écluses le long du canal Lille-Béthune.

À la Libération, Louis Démaretz s’engagea comme volontaire. Nommé intendant régional le 8 septembre 1944, il fut démobilisé et renvoyé dans ses foyers avec le grade de lieutenant le 31 mars 1945.

Après la guerre, il continua de militer au sein de la section communiste d’Hénin-Liétard jusqu’à son décès en 1969.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article109362, notice DÉMARETZ Louis par David Noël, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 12 août 2020.

Par David Noël

Louis Demaretz en 1932

SOURCES : Arch. AVER (dossier MDN), notes de Jean Maitron. — RGASPI 545/6/1153 — Renseignements fournis par Frédéric Démaretz, son petit-fils, septembre 2019 (certificats d’appartenance aux FFI et sa carte de combattant volontaire de la résistance et son carnet militaire de brigadiste international).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément