DREYFUS Pierre

Né le 23 mars 1872 à Mulhouse (Alsace alors occupée), mort le 2 juillet 1952 à Paris ; ouvrier relieur ; militant syndicaliste ; coopérateur de production et de consommation.

Né à Mulhouse où son père était établi boucher, orphelin à sept ans, P. Dreyfus vint à Paris avec un frère en 1881 et fut placé dans un orphelinat où il apprit la reliure. Il fit son service militaire à Verdun de 1893 à 1896. Entré au syndicat en 1900, il devint son secrétaire en 1905. Il y connut un ancien communard, Delacour, ami de Varlin et de Cl. Régnier, fondateur en 1885 de la première Fédération nationale coopérative. Dès 1904, après son mariage, il adhéra à la coopérative « La Glaneuse » dont son frère était administrateur. À la suite d’une grève, en mai 1906, Dreyfus et quelques-uns de ses camarades relieurs fondèrent « La Persévérante du Livre », association ouvrière de production des relieurs, avec un emprunt de mille francs au syndicat, pour l’achat d’un premier matériel très rudimentaire. Dreyfus fut nommé administrateur-délégué-directeur. Deux ans plus tard, ses camarades fondèrent avec lui une coopérative de consommation qui portait le même nom que l’association de production « la Persévérante ». Délégué à la Bourse des coopératives socialistes, il y présenta un projet de suppression des trop-perçus qui devaient servir à la création d’une Banque des coopératives au service des sociétés de production et de consommation. Mais « la Persévérante », coopérative de consommation, disparut après deux ou trois ans d’existence. Dreyfus donna alors son adhésion à « l’Avenir de Plaisance » dont il devint plus tard l’un des administrateurs. Lors de la fusion de « l’Avenir » avec l’Union des coopérateurs de Paris, il entra au conseil d’administration et y demeura plusieurs années. Dreyfus avait également participé avant la guerre, avec Maurice Bouchor, à la fondation de l’Université populaire du XIVe arr.

Mobilisé en 1914, il combattit sur le front, malgré son âge, et reçut la Croix de guerre.

Après sa libération, il continua de diriger sa coopérative de reliure, fut membre de la commission de surveillance de la Banque des coopératives de production et administrateur de la chambre consultative. Il fonda encore une coopérative d’habitation pour le personnel de sa société de production sur un terrain proche de celle-ci et en fut le président.

P. Dreyfus mourut victime d’un accident d’automobile.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article110702, notice DREYFUS Pierre , version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

SOURCES : Notice autobiographique. — Le Coopérateur de Production, juillet 1952. — Le Coopérateur de France, 22 mars 1952.

ICONOGRAPHIE : Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes I, op. cit., p. 508.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément