DROIT André, Henri

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 22 novembre 1901 à Creil (Oise), fils d’un serrurier, plombier, Droit était un des 204 signataires de la motion du Comité pour la reconstruction de l’Internationale, publiée dans l’Humanité du 6 novembre 1920 sous le titre : Motion d’adhésion avec réserves à la IIIe Internationale. Les Jeunesses socialistes de la Seine l’avaient élu à leur commission exécutive le 6 janvier 1920. André Droit fut le principal animateur du Parti SFIO entre les deux guerres à Stains (Seine), commune voisine de Saint-Denis. Il se confond vraisemblablement avec Droit, secrétaire adjoint de la section de Saint-Denis en 1924.

Le Parti socialiste SFIO présenta André Droit aux élections législatives des 22 et 29 avril 1928 dans la quatrième circonscription de l’arrondissement de Saint-Denis contre Jacques Doriot*. Il obtint 1 855 voix sur 24 339 inscrits (7,6 %), soit beaucoup moins que Jacques Doriot* (9 745 suffrages) ; le candidat socialiste-communiste Jean Trémel* recueillit 252 voix.

Élu conseiller municipal le 5 mai 1929 avec une minorité de sept membres, il devint troisième adjoint au maire socialiste indépendant. Droit manifestait une vive hostilité à l’égard du Parti communiste. En 1932, il demanda des sanctions contre le groupe local des Jeunesses socialistes animé par Frédéric Zeller* dit Fred Zeller, pour « collusion avec les communistes ». L’évolution politique du maire de Saint-Denis, Jacques Doriot*, l’amena à s’allier aux communistes dissidents. Aux élections municipales de mai 1935, il forma, avec des socialistes SFIO et des doriotistes, une liste qui ne put empêcher la conquête de la mairie par le communiste Jean Chardavoine*. Selon Fred Zeller, André Droit serait devenu « l’âme damnée de Jacques Doriot* dans le secteur Nord à la création du Parti populaire français ».

Marié le 23 octobre 1920 à Stains, il mourut à Lorient (Morbihan) le 21 janvier 1963.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article110717, notice DROIT André, Henri par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Seine, DM3 ; Versement 10451/76/1, listes électorales. — L’Humanité, 9 janvier 1920. — Le Combat social, 5 décembre 1924. — Le Populaire, 23 avril 1928. — Fred Zeller, Trois points c’est tout, Paris, 1976, p. 44. — Le Congrès de Tours : édition critique, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément