DUPUY Fernand, Edmond

Par Alain Dalançon

Né le 24 octobre 1896 à Rochefort-sur-Mer (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), mort le 27 juin 1987 à Tarbes (Hautes-Pyrénées) ; ouvrier à l’Arsenal de Rochefort ; militant syndicaliste de la CGT puis de la CGTU.

Fils d’Eugène Edmond Dupuy, second-maître charpentier, et d’Alphonsine Marguerite Gabillard, Fernand Dupuy entra à l’arsenal comme aide-ouvrier.

Il s’engagea pour trois ans en mars 1915 dans la 4e compagnie des armuriers de la Marine, fut promu au grade de quartier-maître armurier en juillet 1916 et revint à la vie civile en mars 1919.

Secrétaire fondateur de l’ARAC (Association républicaine des anciens combattants) à Rochefort, il figura sur la liste socialiste au premier tour des élections municipales de novembre 1919 mais pas sur la liste d’union avec des radicaux-socialistes qui emporta la majorité au second tour et élit comme maire un socialiste modéré, Auguste Roux.

Fernand Dupuy fut à l’origine, en décembre 1920, d’un Comité syndicaliste révolutionnaire, avec Lucien Jeau, auquel s’opposa le secrétaire de la Bourse du travail, Louis Bernard.

En février 1922, il devint secrétaire adjoint du Syndicat CGTU des ouvriers de la Marine de l’État du port de Rochefort dont le secrétaire était Fernand Julien. Ce syndicat avait peu d’influence chez les ouvriers et ne fut jamais reconnu comme interlocuteur par les autorités, au contraire du syndicat réformiste de la CGT dirigé par Lucien Moinier.

Après la suppression en 1922 de 400 postes à l’arsenal, préfigurant sa prochaine fermeture, le syndicat n’avait plus que 41 adhérents et 22 seulement votèrent pour le renouvellement du bureau à la suite de la démission en 1923 de Fernand Julien. Fernand Dupuy le remplaça alors, assisté d’Aimé Gaillot secrétaire adjoint, et de F. Berthommé trésorier. Il était déjà secrétaire général de l’UD-CGTU, assisté d’Aimé Gaillot, secrétaire administratif, Albert Guilbeau, secrétaire adjoint, Alfred Ricou trésorier, Albert Moutot trésorier adjoint.

Fernand Dupuy abandonna ses fonctions en 1924, quitta l’arsenal et s’installa à l’île d’Oléron ; il s’était marié avec une Oléronnaise, Claudine Thiébaut, le 17 avril 1920 à Saint-Georges. En 1940, il résidait à Tarbes où il décéda.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article111605, notice DUPUY Fernand, Edmond par Alain Dalançon, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 19 juillet 2016.

Par Alain Dalançon

SOURCES : Arch. Nat. F7/12978, rapports des 11 et 19 octobre 1923 et du 13 octobre 1924. — Arch. Départ. Charente-Maritime, 5 M1/35, 1937 W ; état civil en ligne Rochefort ; registre matricule. — Benoît Jullien, « La fermeture de l’arsenal de Rochefort vue à travers les archives de la police (1918-1927) », in L’arsenal de Rochefort de la Restauration à la fermeture, CERMA, t. 24, 2007, p. 91-109. — DBMOF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément