DURAND Maurice

Par Michel Launay

Né en 1907 à Belleville (Paris, XXe arr.), Durand est fils d’un ouvrier sellier et d’une mère brodeuse. En 1921, âgé de quatorze ans, il entra aux PTT.

Il fréquenta alors à Belleville un patronage dont les jeunes ouvriers et apprentis voulaient faire du syndicalisme. La CFTC leur convenait, à condition de rénover quelque peu l’atmosphère un peu trop « catholique sociale » qui y régnait d’après eux. Leur expression la plus fréquente était la suivante : « mettre dehors les vieux bonzes ».

Finalement, en 1926, Maurice Durand entra à la CFTC. Les dirigeants, pour lesquels il avait une certaine appréhension, le séduisirent et le contestataire devint disciple. Les idées de la Centrale étaient fermes et claires et c’est cette sûreté même de la doctrine qui rassura le jeune militant des PTT dont la fougue se mit désormais au service de la cause syndicaliste chrétienne.

Arrive 1936 et son cortège de grèves et son atmosphère d’agitation généralisée. La formation remarquable des cadres du syndicalisme chrétien permit de faire accepter la CFTC comme Centrale syndicale à part entière. D’une certaine façon, Durand estimait que la CFTC avait bénéficié de la période 1936-1938.

Avant 1939, Maurice Durand n’eut pas de responsabilités majeures au sein de la Confédération et c’est après la guerre, qu’il sera appelé à occuper des postes clés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article111721, notice DURAND Maurice par Michel Launay, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

Par Michel Launay

SOURCES : Renseignements communiqués par l’intéressé et interview.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément