DUROU Augustin

Par Mauricette Laprie

Né le 8 février 1890 à Rauzan (Gironde), mort le 7 avril 1957 à Bègles (Gironde), employé des PTT, syndicaliste CGTU, militant communiste.

Fils de Jean Durou, journalier et de Madeleine Lacoste, sans profession, Augustin Durou se maria le 15 juillet 1914 aux Artigues (Gironde) avec Marthe Léonie Mathé, née le 29 juillet 1887 à Clermont-de-Beauregard (Dordogne) avec qui il eut trois enfants, Simone née en 1918, Paulette en 1922 et Georges en 1924.
Augustin Durou, domicilié à Caudéran (Gironde), Apprenti mousse chez les marins-pêcheurs, ouvrier aux Chantiers de la Gironde, il entra dans l’administration des PTT le 1er octobre 1924 à Tours (Indre-et-Loire) comme ouvrier soudeur sur les lignes téléphoniques aériennes. Il fut nommé à Bordeaux le 1er octobre 1925, employé au secteur des lignes Bordeaux-ville.
Membre du Parti communiste, il fréquentait assidûment la cellule 14 (PTT) où il prenait souvent la parole ; il faisait partie du syndicat unitaire des PTT et remplissait provisoirement en 1928 les fonctions de secrétaire général en remplacement de René Marin, démissionnaire. Au congrès fédéral tenu à Paris les 16-18 mai 1926, il avait été délégué avec J. Panie-Dujac et R. Patron.

Comme agent des lignes aux PTT, Augustin Durou était « bien noté ».

Rugbyman à l’ASPTT (Association Sportive des Postes, Télégraphes et Téléphone.), dirigeant de la section natation de l’ASPTT girondine, il créera le club travailliste « La prolétarienne sportive Bèglaise » en 1935.

Arrêté le 20 octobre 1941 à Bègles (Gironde) comme otage, il sera interné à Mérignac, la carte d’interné politique n° 1306 07 261 lui sera attribué.
ll mourut à Bègles le 7 avril 1957.

Il était le père de Georges Durou et de Simone Rossignol.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article111805, notice DUROU Augustin par Mauricette Laprie, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 2 mai 2022.

Par Mauricette Laprie

SOURCES : Arch. Nat. F7/13808. — État civil de Rauzan (Gironde). — Archives de la Gironde 1 M 536, 69 W 29.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément