FAUCHER Daniel

Par Roger Pierre

Né le 3 février 1882 à Romans (Drôme), mort à Loriol-sur-Drôme, le 17 juillet 1970 ; instituteur, puis professeur à l’École primaire supérieure de Loriol ; professeur à l’École normale de Valence ; chargé de cours, puis doyen de la Faculté des Lettres de Toulouse. Géographe. Socialiste.

Daniel Faucher appartenait à une modeste famille d’artisans ; son père était ébéniste dans le quartier populaire de Saint-Nicolas à Romans, et y professait à la fin du siècle des idées avancées.

Élève à l’École normale d’instituteurs de Valence, instituteur, puis professeur à l’École primaire supérieur de Loriol, Daniel Faucher gravit successivement, par un labeur acharné, tous les échelons d’une brillante carrière universitaire. Mais, comme l’écrit son concitoyen et ami Maurice Peyrard, « il ne fut jamais éloigné de la mission qu’il s’était choisie par l’obsession de ses recherches ou la charge écrasante d’un labeur jamais ralenti. Il voyait dans l’enseignement à tous ses degrés le moyen d’arracher l’homme non seulement à son ignorance, mais à ses préjugés, à ses égoïsmes, à l’esclavage des idées reçues ».

Daniel Faucher avait adhéré avant 1905 au groupe éphémère constitué à Loriol par la Fédération socialiste autonome Drôme-Ardèche du PS, mais c’est comme « isolé » qu’il est mentionné parmi les participants au congrès d’unité de Saillans, le 12 juin 1905. Il contribua en 1906 à la reconstitution à Loriol d’un groupe SFIO et assura des conférences de propagande dans ce « canton rouge » et au voisinage.

Ayant repris ses études à l’Université de Grenoble sous la direction de Raoul Blanchard, il revint à l’École normale de Valence enseigner l’histoire et la géographie aux futurs instituteurs sur lesquels il prit une grande influence. Adhérent du groupe SFIO, il milita surtout à la section locale de la Ligue des droits de l’Homme dont il devint secrétaire en 1912.

Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, blessé en 1915, il reprit après l’armistice, des travaux universitaires interrompus par la guerre et soutint en 1927 sa thèse sur Les Plaines et Bassins du Rhône moyen ; il était alors, depuis novembre 1926, chargé des cours de géographie à la Faculté de Toulouse.

Ayant rejoint le Parti socialiste SFIO après la scission, sans y apparaître publiquement, il réserva son activité à la Fédération départementale de la Ligue des droits de l’Homme dont il fut le président jusqu’à son départ de Valence, et à laquelle il contribua à donner une large audience dans les milieux de l’enseignement et de la petite bourgeoisie.

Il était marié et père d’une fille.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article112718, notice FAUCHER Daniel par Roger Pierre, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 4 janvier 2013.

Par Roger Pierre

SOURCE : Notes de Roger Pierre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément