FAUCONNET Auguste

Par Jean Gaumont, Gaston Prache

Né le 21 novembre 1882 à Paris (XXe arr.), mort le 11 octobre 1945 à Paris ; ouvrier poêlier, employé de commerce ; socialiste ; syndicaliste ; coopérateur.

De parents francs-comtois originaires de Besançon, Fauconnet naquit dans le XXe arrondissement, où il fut « baptisé, tiré au sort et marié ». Cadet d’une famille de sept enfants il dut, après son Certificat d’études passé à onze ans, aller travailler avec son père. Son premier patron « très clérical et réactionnaire » fit de lui « un réfractaire à l’ordre social ». Il adhéra en 1910 au syndicat des poêliers en faïence dont son père était président. Jusqu’en août 1914, son activité fut plus particulièrement syndicale et il participa à de nombreuses grèves. Employé au Bazar de l’Hôtel de Ville, il vint s’établir dans le IVe arrondissement. Renvoyé du BHV pour fait de grève, il alla s’installer à Bagnolet.

Son père était membre de la coopérative « La Bellevilloise » et lui-même éprouvait de la sympathie pour la coopération, aussi adhéra-t-il à « l’Avenir du haut Montreuil ». Il fut administrateur de la société et à ce titre participa aux discussions concernant l’unité coopérative. Peu avant 1914, sa femme fut choisie par les camarades de « l’Avenir de Gravelle » comme « répartitrice » de façon à « apporter un peu de stabilité dans le budget du ménage ».

Pendant la guerre, Fauconnet fut blessé, versé au service auxiliaire et envoyé comme métallurgiste à la cartoucherie de Vincennes. À l’initiative d’Albert Thomas, Fauconnet participa à la création d’un restaurant coopératif avec le concours de l’Union des coopérateurs de la banlieue Est. Il devint secrétaire du Cercle des coopérateurs créé à cette occasion. Il fut chargé par le directeur de la cartoucherie d’assurer le secrétariat d’une commission mixte devant suivre la gestion du restaurant. Vers la fin de 1917, la fusion de l’Union des coopérateurs de la banlieue Est, de l’Union des coopérateurs de la banlieue Ouest et de l’Union des coopératives fut envisagée. Pour assurer la survivance de la démocratie dans cette vaste entreprise, il fut décidé de créer des Cercles de coopérateurs, à la fondation desquels Fauconnet participa. Le « Groupement des cercles », comprenant 72 cercles fit nommer quinze administrateurs et cinq membres de la commission de surveillance lors du premier comité général. Fauconnet remplaça alors P. Ramadier comme secrétaire de la Fédération des coopératives (1920) et fut aussi désigné comme secrétaire du Groupement des cercles de la région parisienne. Fondateur de « L’Enfance coopérative », il en devint le secrétaire général puis le président. Il était, en 1926, un des administrateurs délégués du « Magasin de Gros des coopératives de France » fondé le 16 septembre 1906 (Voir Cleuet Auguste). En 1935, il fit partie du bureau de la commission de réorganisation générale du mouvement coopératif.

En 1939, Fauconnet fut nommé administrateur-délégué de l’UDC et, le 21 décembre 1940, il présida le congrès extraordinaire de la FNCC à Paris, appelé à prononcer la dissolution de cet organisme central. Président-directeur général de l’UDC en 1941, il le resta jusqu’en 1944. À la Libération, il fut arrêté, emprisonné quelques jours puis relâché pour cause de maladie en septembre 1944. Il fut condamné à cinq ans d’indignité nationale pour avoir participé au « Rassemblement national populaire ». Auparavant, membre du Parti socialiste, il fut plusieurs fois candidat au conseil municipal de Saint-Maurice (Val-de-Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article112745, notice FAUCONNET Auguste par Jean Gaumont, Gaston Prache, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 12 septembre 2021.

Par Jean Gaumont, Gaston Prache

ŒUVRE : L’Enfance et la coopération (en collaboration avec Alice Jouenne*).

SOURCES : Fonds d’archives Jean Gaumont — Gaston Prache. — Arch. PPo. 309, rapport du 23 novembre 1926. — Lettre à Jean Gaumont du 22 novembre 1943 et fragment de lettre du 10 janvier 1933. — Le Coopérateur de France, 6 mai 1939. — Arch. de l’UDC de Paris et de la Fédération coopérative régionale parisienne. — Intéressantes lettres à Jean Gaumont du 7 août et 3 septembre 1940 sur la situation de l’UDC de Paris au lendemain des événements de 1940.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément