FAVRE Albert

Par Paulette Cavailler

Né le 17 avril 1876 à Épernay (Marne), mort à Meaux en 1932 ; typographe, puis employé de l’électricité ; syndicaliste CGT.

Albert Favre, fils d’un scieur de pierre, après avoir travaillé à Épernay et à Reims, vint s’installer à Meaux (Seine-et-Marne) vers 1908 comme typographe. Le 17 novembre 1918, il représenta le syndicat du Livre de Meaux au congrès de l’Union départementale des syndicats de Seine-et-Marne ; il y fut nommé membre de la commission administrative. Le mois suivant, il fut nommé à la commission de contrôle de l’Union départementale. Le 30 novembre 1919, il fut nommé secrétaire adjoint de l’Union départementale et membre de la commission de propagande.
Membre du Parti socialiste SFIO, Favre était également en 1911 secrétaire trésorier de la Bourse du Travail de Meaux (Seine-et-Marne).

Il continua à militer au sein de l’Union et, lors de la scission de 1922, il resta à la CGT et fit partie de la commission provisoire de l’Union départementale des syndicats ouvriers confédérés. Il avait quitté depuis peu l’imprimerie et était alors employé à la Compagnie d’électricité de Meaux.

En 1922, il perdit sa femme. Huit enfants (sur les neuf qu’il avait élevés) vivaient encore avec lui. L’Union lui vota un secours de 200 F. En 1923, il fit une tournée de propagande syndicale dans la région de Lizy, Mareuil, Nanteuil et Quincy. Ensuite, Albert Favre semble avoir cessé toute activité sur le plan départemental à cette époque.
_

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article112898, notice FAVRE Albert par Paulette Cavailler, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 3 septembre 2016.

Par Paulette Cavailler

SOURCES : Arch. Nat. F7/13 567 et F7/13 620. — Arch. Dép. Seine-et-Marne, 10 M et série M (listes électorales). — Procès-verbaux de l’Union départementale des syndicats dans Le Travail de Seine-et-Marne. — État civil d’Épernay, mai 1984.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément