FOREST Claude

Par Madeleine Rebérioux

Né le 13 septembre 1869 à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) ; mort à Montceau le 5 novembre 1934 ; ouvrier mineur ; militant syndicaliste et socialiste.

Claude Forest, qui possédait une « bonne instruction primaire », adhéra dès le 1er avril 1896 à la Bourse du Travail de Dijon (il en avait la carte n° 13) pour le syndicat mineur de Montceau ; il se présenta en vain le 25 septembre 1898 aux fonctions de délégué mineur (il fut battu par le candidat de la mine, Chevrot), mais fut élu le 6 mai 1899. À partir du début du siècle, sa vie militante s’orienta essentiellement vers l’activité municipale. Conseiller municipal socialiste de Montceau depuis mai 1900 jusqu’à sa mort, il assista Bouveri comme premier adjoint, de 1901 jusqu’en 1926, et son élection au conseil général acquise en 1901 ne lui fut contestée par personne jusqu’en 1913 ; aucun radical ne se présentait contre Claude Forest.

Il est vrai que, d’opinions modérées et « blocardes », il avait, parmi les radicaux, beaucoup d’amis. La grosse influence dont il jouissait à Montceau et dont il usait pour apaiser les conflits sociaux naissants (ainsi, le 1er mai 1906), l’audience que lui donnait Le Socialiste de Saône-et-Loire dont il était secrétaire de rédaction et où il rédigeait souvent l’éditorial, tout cela lui donnait du poids dans la fédération quoique sa tactique d’alliance avec les radicaux fût désapprouvée par la grande majorité de ses camarades. Il eut sept enfants. Son dévouement était reconnu : c’est lui qui accepta de devenir gérant de l’hebdomadaire fédéral, du 31 octobre 1907 au 18 septembre 1910, à un moment difficile où le journal venait d’être saisi.

Comme la très grande majorité du groupe de Montceau, il resta à la SFIO en 1920.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article113648, notice FOREST Claude par Madeleine Rebérioux, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 15 janvier 2022.

Par Madeleine Rebérioux

ŒUVRE : Claude Forest (et non Vittant contrairement à ce que croyait le commissaire central de Montceau, cf. Petit Montcellien 25 février 1905 et Arch. Dép. Saône-et-Loire) est l’auteur d’un pamphlet signé « Vir Bonus » et intitulé Le Peuple souverain, rédigé à la fin de 1897 et diffusé en brochure au début de 1898. — Collaboration au Petit Montcellien et au Socialiste de Saône-et-loire.

SOURCES : Arch. Dép. Saône-et-Loire, 41 M 6. — Arch. du syndicat des mineurs de Montceau. — Le Petit Montcellien, 1904-1905 — Le Socialiste de Saône-et-Loire, 1905-1914.

ICONOGRAPHIE : Le Socialiste de Saône-et-Loire, 10 août 1913.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément