FOREST Pierre, Arthur

Par Claude Pennetier

Né le 7 mars 1851 à Mareuil-sur-Arnon (Cher), enterré à Pantin (Seine) le 4 janvier 1914 ; ouvrier plâtrier ; militant socialiste blanquiste ; journaliste dans la presse.

La commune bûcheronne de Mareuil était alors le bastion républicain du Cher. Nous le trouvons en 1883 à Vierzon où il assurait le secrétariat de la Ligue pour l’abolition de l’armée permanente (organisation blanquiste). En janvier 1884, les socialistes du Cher l’envoyèrent au cimetière du Père-Lachaise (Paris) pour déposer une couronne de fleurs sur la tombe de Blanqui. Militant actif du Comité révolutionnaire central, autodidacte, il signait en 1886, les éditoriaux du Réveil social du Cher. Il collaborait également aux journaux nationaux : La République sociale et le Républicain socialiste.

En 1890, Forest abandonna sa fonction de secrétaire de mairie pour devenir à Paris, rédacteur au journal Le Parti socialiste et directeur de l’imprimerie. Il eut dès lors un rôle actif dans la presse socialiste parisienne. En 1893, il prenait l’administration du Chambard avant d’être rédacteur à La Petite République, à L’Action, au Petit Sou où il inaugura la rubrique « Vie sociale ». Forest ne se désintéressait pas du Cher ; en janvier 1894, la Fédération socialiste (CRC) du Cher le présenta aux élections sénatoriales, il recueillit soixante-deux voix. Au premier congrès général des organisations socialistes, salle Japy à Paris (1899), P. Forest représenta cinq groupes du Cher affiliés au PSR. Il ne semble pas y avoir identité avec Pierre Forest, maire socialiste PSR de Charost (Cher) en 1900, passé à la Fédération autonome de J.-L. Breton en 1901, réélu maire socialiste en 1908.

Après la disparition du Petit Sou, il fut pendant huit ans l’administrateur de l’Ami du Peuple à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Il était trésorier de la Fédération socialiste départementale. Il se présenta à plusieurs élections dans le Puy-de-Dôme et la première circonscription législative de Versailles.

Forest avait des talents de compositeur ; il mit en musique des textes de J.-B. Clément et Pottier, en particulier une version méconnue de L’Internationale éditée par la Petite République dans l’Almanach illustré pour 1896. Pour la première fois, le texte de Pottier était présenté à un large public. Forest connaissait l’air composé par Pierre Degeyter en 1888, car il mentionnait « avec musique nouvelle ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article113651, notice FOREST Pierre, Arthur par Claude Pennetier, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Cher, 25 M 92, 7 F 67. — La République socialiste du Centre, 13 janvier 1884. — Le Réveil social du Cher, 18 avril 1886-18 juillet 1886. — Le Socialiste du Centre, 3 janvier 1894. — L’Émancipateur. — Maurice Dommanget*, Eugène Pottier, p. 135. — Maurice Dommanget, De la Marseillaise de Rouget de Lisle à l’Internationale d’Eugène Pottier, Librairie Populaire, 1938, p. 44-45. — Claude Pennetier, Le socialisme dans le Cher 1851-1921, Editions Delayance/MSH, 1982 — État civil de Pantin, recherches infructueuses.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément