FORESTIER Georges

Par Michel Launay, André Vessot

Né le 10 mai 1897 à Lyon (IIe arr.) (Rhône), mort le 26 mai 1988 à Lyon (IIe arr.) ; employé de banque ; syndicaliste CFTC puis CFDT du Rhône.

Fils d’une couturière, Georges Forestier, employé de banque, fit une intervention, le 18 novembre 1923, sur la difficulté de l’employé de banque pour vivre avec un salaire insuffisant. Il participa au grand meeting de la CFTC du 1er mars 1925 contre "la vie chère".

Il participa en 1925 au conflit qui défraya la chronique cette année-là à Lyon et dans la France entière : la grande grève du secteur bancaire le plaça au tout premier plan des dirigeants locaux des syndicats chrétiens.

Au cours de l’assemblée générale du 24 octobre 1925 de l’Union syndicale des employés de la région lyonnaise (USERL), en tant que président du groupe de la banque il fit un exposé sur « la grève de la banque ». Il fut d’ailleurs licencié suite à cette grève.

Depuis juillet 1927 au moins, Georges Forestier était le secrétaire général de l’USERL, affiliée à la CFTC. En novembre 1935, il occupait toujours cette fonction.
Lors de la réunion, en janvier 1930, du conseil national de la CFTC, il y représenta la région interprofessionnelle du Sud-est.

Lors de la réunion du 17 septembre 1930 du conseil de l’Union départementale CFTC du Rhône, la parole fut donnée à Georges Forestier « pour expliquer comment est assurée notre représentation dans les organismes d’assurances sociales qu’il était admis au conseil de direction des Assurances sociales » … « A la suite d’une protestation de notre part, par suite d’arbitraire dans les élections au conseil de direction des A.S du Rhône, Georges Forestier était admis au sein de ce Comité pour représenter l’Union des syndicats des travailleurs chrétiens du Rhône » … « Au Foyer Lyonnais où il vient d’entrer en la qualité de directeur adjoint, Forestier nous donne d’excellentes impressions de cette caisse primaire fondée en collaboration avec nos syndicats » …

Le ministre du travail lui accorda en 1939 la médaille d’honneur des syndicats professionnels reconnaissant ainsi son dévouement pendant les douze années où il a dirigé l’Union syndicale des employés de la région lyonnaise dont il était le secrétaire général. Au printemps toutes les années il organisait une assemblée générale pendant laquelle il présentait son rapport sur l’année écoulée, soulignant particulièrement les avancées obtenues grâce à l’action syndicale.

Après 1964 Georges Forestier continua d’être un militant actif à la CFDT, notamment comme président en 1975 et au sein du groupe des retraités.

Il s’était marié le 23 juin 1939 à Lyon (IIe arr.).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article113663, notice FORESTIER Georges par Michel Launay, André Vessot, version mise en ligne le 3 novembre 2016, dernière modification le 9 juin 2019.

Par Michel Launay, André Vessot

SOURCES : Michel Launay, La CFTC, thèse, 1981. — L’Employé, organe du Syndicat des employés du Commerce et de l’Industrie (SECI) et de la Fédération française des syndicats d’employés catholiques puis de la Fédération française des syndicats chrétiens d’employés, juillet 1927-novembre 1935 (BNF Gallica). — Circulaire CFTC puis Syndicalisme chrétien, organe de la CFTC, janvier-février 1930 (CODHOS, BNF Gallica). tat civil de Lyon, 18 juillet 1984 ---- Le Salut public, 20 novembre 1923, 1er mars, 23 octobre 1925, 13 mai 1927, 17 mai 1928, 16 février, 4 mai, 1er juin, 13 octobre, 21 décembre 1931, 23 mai 1932, 7 mai 1934, 3 février 1939 (Mémoire et actualité Rhône-Alpes). — Arch. Alexis Delorme. — Témoignage de Pierre Tolon. —Notes de Louis Botella. — Etat-civil (Arch. municipales de Lyon).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément