FRANEK

Ouvrier du textile de Roubaix (Nord), d’origine polonaise, Franek était un militant communiste au début des années 1930. Jean Jérôme* qui le connut alors, le décrit comme un « gaillard énorme dépassant les deux mètres, et avec de telles épaules qu’il a l’air encore plus grand ».

Il le retrouva en 1937, à Albacete, au siège de l’état-major des Brigades internationales : « Franek m’accueille, l’air plutôt triste, à mon étonnement, car je l’avais toujours connu gai, assez blagueur, même. J’essaie de lui faire avouer la cause de son cafard ; il finit par m’expliquer qu’on l’a chargé, à Albacete, d’un travail qui ne correspond pas à ses goûts personnels, ni à l’idée qui l’a poussé à s’engager pour l’Espagne : il est bourreau. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article114148, notice FRANEK, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 28 mai 2013.

SOURCE : Jean Jérôme*, La part des hommes, Paris, Acropole, 1983, p. 194.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément