JOUBERT Nicole [épouse VEDRINES puis RAMBURE]

Par Jean-Pierre Besse, Eric Panthou

Née le 26 octobre 1920 à Thiers (Puy-de-Dôme), morte le 7 février 2019 à Martigues (Bouches du Rhône) ; militante communiste du Puy-de-Dôme ; déportée.

Nicole Joubert était la fille de Alyed (Lydia) Khalé, veuve de guerre et infirmière, et du docteur Camille Joubert. Elle fut légitimée par leur mariage à Thiers en juin 1923 après le divorce de son père d’avec sa première épouse.

Elle adhéra en 1937 à l’Union des étudiants communistes puis en 1938 à l’Union des jeunes filles de France. Elle obtint en 1939 son baccalauréat. Secrétaire des Jeunesses communistes de Thiers (Puy-de-Dôme), elle fut arrêtée le 30 novembre 1940 à la cité universitaire de Clermont-Ferrand pour "menées communistes" et reconstitution du groupement des Etudiants communistes. Elle fut incarcérée à Riom. Les stencils saisis chez elle devaient être remis à un militant communiste et payés par Marc Lefort. Par ailleurs, elle recueillait des cotisations versées à Lefort. Elle a prétendu que les stencils étaient pour l’amicale des sciences. Interrogée longuement, elle reconnaît été membre des Amis de l’URSS et secrétaire adjointe des Jeunes Filles de France du groupement de Thiers avant guerre mais assure ne plus militer depuis la dissolution du Parti.

Elle fut condamnée par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand le 16 mai 1941 à deux ans de prison, 1 000 francs d’amende et vingt ans de privation de ses droits civiques et civils. Libérée en novembre 1942, à la fin de sa peine, de la prison de Clermont-Ferrand, elle rejoignit la résistance dans la Loire. elle faisait partie du noyau des agents de liaison, courriers des FTP au niveau régional, sous la direction de Jean Sosso. Arrêtée une nouvelle fois, elle fut déportée le 13 mai 1944 de la gare de l’Est à Paris vers Ravensbrück (Allemagne), où elle portait la matricule 39105, puis vers Zwodau (Tchécoslovaquie), d’où elle revint.

Elle devint, après la Seconde Guerre mondiale, directrice de la clinique de la FNDIRP de Fleury-Mérogis (Essonne).

Mariée un première fois à Montluçon (Allier) en décembre 1945 avec Henri Védrines, elle divorça en novembre 1953. Elle se remaria à Saint-Maurice (Seine) en septembre 1954 avec Fernand Rambure.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article114552, notice JOUBERT Nicole [épouse VEDRINES puis RAMBURE] par Jean-Pierre Besse, Eric Panthou, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 15 mars 2019.

Par Jean-Pierre Besse, Eric Panthou

SOURCES : Archives de la justice militaire au Blanc, registre du tribunal militaire de Clermont-Ferrand.— Arch. départ. du Puy-de-Dôme : 1296W75. Commissaire spécial adjoint à commissaire divisionnaire police spéciale, 5 février 1941.— Arch. départ. du Puy-de-Dôme : 1296W75 commissaire divisionnaire police spéciale au préfet, 30 novembre 1940.— La fondation pour la mémoire de la déportation, Le livre mémorial...op.cit.— Dossier documentaire fourni par la mairie de Thiers.— Pierre Broué, Raymond Vacheron, Meurtres au maquis, Paris, Grasset, 1997.— Etat civil. — Ville de Martigues.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément