JOURDAIN Angèle née CARRIÈRE

Née le 3 avril 1913 ; militante syndicaliste et communiste de la Seine ; résistante.

Petite-fille d’un couvreur, Angèle Jourdain était fille d’un ouvrier fumiste du quartier de la Roquette, XIe arr. de Paris, socialisant, tué en 1915 dans l’Argonne. En 1931, elle entra aux établissements Philips à Bobigny (Seine) où elle participa aux grèves avec occupation de 1936. Secrétaire de la section syndicale, elle adhéra au PC et les 3-6 septembre, fut déléguée au congrès du Rassemblement universel pour la Paix à Bruxelles. Élue au comité régional Paris-Ouest du Parti, elle prit part aux luttes des métallos, notamment en faveur de l’Espagne républicaine. Sa rencontre avec Henri Jourdain* eut lieu au 94, rue d’Angoulême à la maison des Métallurgistes. Sur proposition de J.-P. Timbaud, elle devint l’adjointe de A. Léveillé, directeur de la polyclinique des Métallurgistes, mort en novembre 1938. Elle demeura à ce poste jusqu’à sa fermeture par la police en février 1940. Angèle travailla alors à Billancourt à la SNCAC (Société nationale des constructions aéronautiques du Centre) puis elle fit fonctionner « l’appareil technique » de la région P 9 sous la responsabilité de Hemmen. Après l’arrestation le 1er novembre 1941 de son compagnon Henri Jourdain* (ils ne se marieront qu’en 1947), elle poursuivit son action résistante sous la responsabilité de P. Pimort* puis de J. Nennig*. Hospitalisée six mois à la Salpêtrière, elle reprit ses activités clandestines et ce n’est qu’en mai 1945 qu’elle apprit que son compagnon était toujours vivant. De 1948 à 1951, elle fut l’adjointe du directeur de la polyclinique des Métallurgistes puis elle aida son mari Henri Jourdain* dans son activité militante. Elle a été nommée chevalier de la Légion d’honneur, en mai 1986, au titre de la Résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article114563, notice JOURDAIN Angèle née CARRIÈRE , version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

SOURCE : Comprendre pour accomplir. Dialogue avec Claude Willard, Éditions sociales, 1982.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément