AUSSONNAIRE Paul, Victor

Par Gérard Larue

Né le 9 novembre 1887 à Paris (XIIIe arr.), mort le 30 avril 1968 à Saint-Maurice (Val-de-Marne) ; appariteur, militant communiste.

Fils de Gilles, Antoine et de Malvina, Eugénie, il avait épousé le 26 juillet 1909 Madeleine Bisig en mairie de Bury (Oise). Il se remaria le 7 avril 1928 à Mouy (Oise) avec Jeanne, Augustine, Hortense, Salomon née le 12 novembre 1906 à Anxy-le-Château (Pas-de Calais), avec laquelle il eut deux enfants. Il divorça le 30 novembre 1958.
Paul Aussonnaire était, aux lendemains de la Première Guerre mondiale, secrétaire de la section socialiste de Mouy-Bury (Oise). Il adhéra au Parti communiste après le congrès de Tours (décembre 1920). Responsable de la commission municipale communiste de l’Oise, il fut candidat en 1925 aux élections du conseil d’arrondissement dans le canton de Mouy. Il était en 1927-1928, secrétaire de l’Union locale CGTU.
En très bons termes avec Jean Chardavoine Maire de Stains (Seine, Seine-Saint-Denis) où il exerçait les fonctions d’appariteur depuis le 30 mai 1936, il demeurait 67 avenue de Paris à Saint Brice (Seine-et-Oise, Val-d’Oise).Sa femme Jeanne, cartonnière de sa profession ne travaillait plus et s’occupait à Saint-Brice « des soins du ménage. » Paul Aussonnaire animait en 1939 la section communiste locale. Il ne rompit pas, à l’automne 1939, avec son parti mais fit l’objet d’une surveillance policière.
Le commissariat de Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis) le considérait en 1941 comme « un propagandiste fidèle et toujours membre de l’ex-parti communiste, connu de ses services où il avait fait l’objet de nombreux rapports sur son activité politique » […], soupçonnant que « depuis la dissolution de ce parti il avait continué à faire l’apologie des doctrines révolutionnaires, son emploi lui permettant de porter les mots d’ordre émanant de la IIIe Internationale. »
En mars 1941, il fut signalé au Commissaire de Saint-Denis avec son camarade Jean, Louis Cathala par Henri Bouveyron membre de l’ex-parti socialiste SFIO, Président de la Délégation spéciale de Stains nommée par le Préfet, comme se livrant à la propagande communiste.
L’enquête ne permit pas cependant d’établir de preuves.
Il mourut le 30 avril 1968 à l’âge de 81 ans.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article114731, notice AUSSONNAIRE Paul, Victor par Gérard Larue, version mise en ligne le 9 septembre 2017, dernière modification le 5 septembre 2017.

Par Gérard Larue

SOURCES : Arch. PPo. 89. Arch. Nat. F7/13092. – Le Franc-parleur de l’Oise, 25 décembre 1920. – Le Travailleur du Nord-Est, 8 décembre 1923. – Notes personnelles de G. Mader, Louis Bordes et Jean-Pierre Besse. – Arch PPo. 1W 729, 77 W 1533 (dossier Cathala). – État civil numérisé état civil du 13e arrondissement, V4E 6851 acte 2885.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément