KRASUCKI Isaac

Né en 1902 à Varsovie (Pologne), mort le 13 février 1943 à Birkenau, en déportation ; ouvrier tricoteur ; militant syndicaliste CGTU et communiste de la Seine.

Isaac Krasucki vécut à partir de 1915 à Wolomin où il commença de travailler, à l’âge de treize ans, dans une fabrique de textile avec ses parents. Militant syndical et politique, repéré par la police, il quitta la Pologne pour travailler à Paris à partir de 1926. Son épouse et son fils Henri (né en 1924 à Wolomin) le rejoignirent deux ans plus tard.

Domicilié dans le XIXe puis le XXe arr., il adhéra au Parti communiste en 1928 et au syndicat CGTU du Textile. Il fut, au sein de ce syndicat, dirigé par Jules Vercruysse, un des responsables de la commission de propagande juive et secrétaire de section. Particulièrement actif pendant les grèves de 1936, il entra au conseil syndical de l’organisation réunifiée. L’ouvrier tricoteur travailla de plus en plus à domicile et semble être devenu petit artisan à façon.

Militant syndicaliste et communiste clandestin à partir d’août 1939, il siégea au secrétariat de la commission intersyndicale illégale et fut particulièrement chargé, fin 1941, des actes de sabotage parmi les ouvriers de la fourrure et chez les travailleurs des meubles. Il aurait également été chargé du recrutement pour les groupes de combat. La police l’arrêta le 20 janvier 1943 et l’envoya au camp de Drancy d’où il partit en déportation le 9 février. Il fut gazé dès son arrivée à Birkenau, le 13 février 1943, selon David Diamant*.

Son épouse, Léa Borsczewski (née en 1903 en Pologne, morte en février 1983), ouvrière du textile, partagea ses engagements et fut déportée en mars 1943 ainsi que son fils Henri, futur secrétaire général de la CGT.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article114797, notice KRASUCKI Isaac , version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 14 mai 2011.

SOURCES : Le Monde, 13 février 1983. — La Vie ouvrière, 24-30 janvier 1983. — David Diamant, Combattants, héros et martyrs de la Résistance, Éd. Renouveau, 1984. — Renseignements communiqués par Michel Grojnowski.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément