LABOUS Yves, Nicolas, Jacques

Par G.-M. Thomas

Né le 18 octobre 1910 à Brest (Finistère), mort le 17 août 1967 à Brest ; ouvrier à l’Arsenal ; militant CGTU puis CGT ; communiste ; résistant, déporté à Buchenwald.

Né le 18 octobre 1910 à Brest (Finistère) ouvrier à l’Arsenal de cette ville, Yves Labous adhéra au Parti communiste et à la CGTU en 1931. Membre du bureau de la section locale dès 1936, il était secrétaire à la propagande l’année suivante. En octobre 1937, il fut candidat aux élections cantonales dans le canton de Brest 3 où il obtint 300 voix, soit 8,5%, face à un candidat SFIO qui fut élu au 1er tour avec 60% des voix. Son activité était intense dans le domaine syndical et en faveur de l’Espagne républicaine. Labous fut mis à l’écart au printemps 1939 pour « divergences politiques » et « travail fractionnel ».

Ce n’est qu’après le Pacte germano-soviétique et l’interdiction du Parti communiste qu’il fut autorisé à reprendre place dans le parti clandestin. On lui confia alors la direction d’un groupe communiste à l’Arsenal. Arrêté le 7 mars 1941 à Brest, interné au camp d’Aincourt (Seine-et-Oise), il réussit à s’évader et à rejoindre l’Angleterre où il entra en contact avec Fernand Grenier représentant du PCF. Celui-ci l’aurait autorisé à faire partie du BCRA, service secret gaulliste (sous pseudonyme de Herse). A ce titre, Labous organisa des parachutages d’armes en France avant d’être lui-même parachuté. La police française l’arrêta à Lyon et le livra aux Allemands qui le déportèrent à Buchenwald.

Militant de la FNDIRP (Fédération nationale des déportés, internés, résistants et patriotes), il mourut à Brest le 17 août 1967, des suites de son séjour dans les camps nazis.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article114912, notice LABOUS Yves, Nicolas, Jacques par G.-M. Thomas, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 14 février 2021.

Par G.-M. Thomas

SOURCES : Arch. Mun. Brest. — Le Télégramme de Brest, 18 août 1967. — Eugène Kerbaul, 1270 militants du Finistère (1918-1945), op. cit. — Roger Faligot et Rémi Kaufter, Service B, Fayard, 1985, p. 130. — L’Humanité du 12 octobre 1937.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément