LACOMBE Pierre, Jean

Né le 7 août 1893 à Quins (Aveyron), mort le 28 février 1969 à Athis-Mons (Essonne) ; cheminot ; militant communiste et syndicaliste CGTU puis CGT ; élu d’Athis-Mons.

Aîné d’une famille de six enfants dont le père était artisan menuisier, Pierre Lacombe fit son apprentissage d’ajusteur et adhéra au syndicat des métallurgistes d’Albi (Tarn) en 1911.

Mobilisé au front pendant les quatre années de la Première Guerre mondiale, il entra en 1919 aux chemins de fer de Paris-Orléans et prit une part active aux grèves de 1920. Muté en 1924 aux Ateliers d’entretien du PO de Juvisy (Seine-et-Oise), ses camarades le désignèrent comme secrétaire adjoint du syndicat unitaire des Métaux. Il resta leur délégué de mai 1924 à son départ à la retraite en janvier 1948.

Le Parti communiste reçut son adhésion le 1er janvier 1926. A l’occasion des élections municipales complémentaires de février 1927, Lacombe entra au conseil municipal d’Athis-Mons. Il fut constamment réélu et occupa la fonction d’adjoint à l’époque du Front populaire.

Le conseil de préfecture le déchut de son mandat au début de l’année 1940. Arrêté en octobre 1940, il fut interné administrativement aux camps d’Aincourt (Seine-et-Oise), Voves (Eure-et-Loir) et Pithiviers jusqu’à la Libération. Il fut à nouveau conseiller municipal communiste d’Athis-Mons jusqu’en 1958 et secrétaire de la Caisse des écoles.

Pierre Lacombe était toujours membre du Parti communiste lorsqu’il mourut.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article115054, notice LACOMBE Pierre, Jean, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 15 mai 2012.

SOURCES : Allocution de Charles Dosias, conseiller général, aux obsèques du 3 mars 1969, reproduite dans Le Progrès de la vallée de l’0rge, 4 mars 1969.— Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément