LACOUR Gabriel [Puy-de-Dôme]

Ouvrier d’État ; syndicaliste CGT du Puy-de-Dôme ; militant socialiste SFIO.

En 1920, Gabriel Lacour était trésorier de la section SFIO de Montferrand, commune de Clermont-Ferrand.

Fin mai 1923, il prit part au congrès de sa fédération, celle des travailleurs de l’Etat.
Il fut mandaté par de nombreux syndicats du Puy-de-Dôme lors des congrès confédéraux de la CGT en 1929, 1931, 1933 et 1935.

Il était, depuis janvier 1923 au moins, le secrétaire du syndicat confédéré du personnel civil du parc d’artillerie du ministère de la Guerre à Clermont-Ferrand.Par la suite, il devint le secrétaire général du personnel civil des différents services et établissements de l’État de la place de Clermont-Ferrand.

A partir de 1930 et au-delà de mai 1939, agent de maîtrise à l’école des élèves armuriers, il exerçait de nombreuses fonctions : membre suppléant puis titulaire du conseil national de la Fédération nationale des travailleurs de l’État (FNTE), secrétaire adjoint de la section fédérale des employés et agents de maîtrise au sein de sa fédération...

Au plan interprofessionnel, il fut signalé, en janvier 1934, comme étant le trésorier général de l’Union locale CGT de Clermont-Ferrand.

Eut-il un lien avec Gabriel Lacour ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article115092, notice LACOUR Gabriel [Puy-de-Dôme], version mise en ligne le 27 mai 2016, dernière modification le 25 avril 2020.

SOURCES : La Voix du peuple, organe officiel mensuel de la CGT, mai-juin 1923, janvier 1934 (BNF, Gallica). — Comptes rendus des congrès confédéraux de la CGT de 1929, 1931, 1933 et 1935. — Le Travailleur de l’État, organe de l’Union fédérative des travailleurs de l’État puis de la Fédération nationale des travailleurs de l’État, janvier 1923-mai 1939 (BNF-Gallica). — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément