LAGANT Ernest, Alfred

Par Jacques Girault

Né à Torcy (Seine-et-Marne), le 10 février 1907, fils d’un ouvrier chocolatier qui mourut pendant la guerre, Ernest Lagant fut reconnu pupille de la Nation le 5 février 1919. Il suivit pendant trois années les cours de l’école professionnelle de Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne). Travaillant dans la même usine que Gelvestre vers 1925, ils lisaient ensemble l’Humanité. Tourneur, il effectua son service militaire dans la marine à Brest sur le bateau-école L’Armorique du début de 1927 à la fin de 1928. Habitant toujours Torcy, après s’être marié à Lognes (Seine-et-Marne) en juin 1929, il vint habiter Bobigny, rue Robespierre, en août 1929. Son logement de deux pièces n’avait aucune commodité ; il hébergeait son beau-frère, manoeuvre chômeur d’après le recensement de 1931. Lui-même travaillait comme tourneur chez Huré à Pantin ; son épouse était employée comme boucheuse dans une usine de Romainville. Leur fille naquit en 1932. Elle reçut le baptême rouge.

Ernest Lagant adhéra au syndicat CGTU des Métaux en 1932. Son activité au Secours rouge international l’amena à adhérer au Parti communiste et il devint très vite secrétaire de cellule et membre du comité de section. Il avait quitté la maison Huré en 1932, pour le Polymécanique, puis des petites entreprises à Romainville et à Paris.

Ernest Lagant fut élu, le 5 mai 1935, conseiller municipal avec 2 618 voix sur 4 946 inscrits. Très assidu, délégué sénatorial titulaire en 1935 et suppléant en 1938, il faisait partie des commissions scolaires et sportives. Selon son témoignage, alors que le Parti communiste était vivant dans la commune, la gestion personnelle de Clamamus empêcha une réelle activité des autres élus.

En septembre 1939, Lagant fut mobilisé au 22e bataillon des ouvriers d’artillerie dans l’Aisne, ce qui le coupa du Parti communiste. Après la débâcle, il termina son temps militaire dans le Lot, près de Figeac. À son retour, il fut contacté par un employé municipal de Bobigny qui avait suivi Clamamus. Il refusa ses avances et eut des liaisons avec la Résistance. Aussi, fut-il nommé le 14 septembre 1944 au Comité local de Libération et fut-il affecté à la commission des Sports. Candidat comme conseiller municipal sur la liste d’Union patriotique républicaine et antifasciste, le 29 avril 1945, il fut élu avec 4 118 voix sur 8 678 inscrits. Toujours membre du comité de section, 13e sur la liste « d’union républicaine et résistante et de défense des intérêts communaux », le 19 octobre 1947 il arriva en dernière position avec 4 402 voix et signes préférentiels sur 9 200 inscrits et ne fut pas élu.

Lagant était devenu artisan en 1947. Selon son témoignage, les conditions dans lesquelles il serait parvenu à cette nouvelle situation n’auraient « pas plu à la direction de section de l’époque ». Lagant resta au Parti communiste et milita à la CGUA. Remarié à Bobigny en décembre 1963, il quitta cette commune à la fin de 1964 pour se retirer dans sa commune natale où il était toujours militant communiste. Il fut candidat sur la liste communiste en mars 1977 au premier tour des élections municipales.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article115340, notice LAGANT Ernest, Alfred par Jacques Girault, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 2 mai 2022.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Com. Bobigny. — Renseignements fournis par l’intéressé. — Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément