LE GONIDEC Joseph, Marie

Par Jean-Jacques Doré

Né le 3 mars 1893 à Yvias (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor), mort à Fécamp (Seine-Maritime) le 27 janvier 1967 ; inscrit maritime puis agent d’Assurance ; secrétaire du syndicat CGT des Marins du Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) de 1923 à 1927, secrétaire national de la Fédération autonome des Travailleurs de la mer de 1929 à 1933.

Fils de cultivateurs, Joseph Le Gonidec, 1 m. 68, yeux bleus, cheveux chatains, signa son inscription maritime à Paimpol (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor) en 1912. Incorporé dans la marine nationale le 12 avril 1913 comme chauffeur-navigateur, il fut affecté spécial à la navigation commerciale le 4 mai 1916. Démobilisé le 20 avril 1919, il se fixa au Havre.

Militant du syndicat CGT des Marins du Havre dirigé par l’emblématique secrétaire général permanent, François Montagne, il se prononça comme la majorité des inscrits maritimes, pour la fidélité à la CGT en janvier 1922. L’organisation comptait plus de 1 500 adhérents mais du subir le 18 mai 1922 la concurrence d’un syndicat unitaire (CGTU) dirigé à partir de juillet par Henri Julie
Sur le port, les rapports avec les unitaires et les autonomes étaient à couteau tiré, il fut plusieurs fois agressé physiquement et ne se déplaçait qu’entouré d’une garde rapprochée. Membre du conseil national de la Fédération et secrétaire des Marins confédérés jusqu’en 1927, il entra en conflit avec l’Union départementale et les instances fédérales à qui il refusait de reverser les ristournes des cotisations. Sommé de s’exécuter, il choisit la rupture. La majorité du syndicat se prononça pour l’autonomie et la fondation au Havre d’une section des Laboureurs de la mer.

À la fin de l’année 1927, les Laboureurs fusionnèrent avec les Marins de France, pour constituer la Fédération autonome des Travailleurs de la mer dont Joseph Sadou fut élu secrétaire et Joseph Le Gonidec secrétaire adjoint. Le tandem ne manquait pas de saveur : Sadou avait été le principal agresseur de Le Gonidec en avril 1923, ce qui lui avait valu un mois de prison !

Élu secrétaire fédéral de l’organisation autonome en 1929, il fit publier un mensuel l’Horizon maritime dont le premier numéro parut au mois de septembre.

Lorsque la Fédération autonome décida de fusionner avec la Fédération unitaire en 1933, il démissionna et mit sur pied un syndicat des Marins-pêcheurs du Havre qui rejoignit la CGT en 1936 ; il en fut secrétaire jusqu"en 1937.

Si l’on en croit des témoins, Joseph Le Gonidec était un meneur d’hommes courageux et respecté, jamais à court d’idées, mais il lui avait fallu gérer une carrière de permanent pas toujours compatible avec le syndicalisme pur.

En 1938, il reprit au Havre un portefeuille d’agent général d’Assurance qui devint particulièrement prospère.

Joseph Le Gonidec s’était marié à Kérity à côté de Paimpol avec Marie, Françoise Prigent le 6 mai 1914. En 1932, le couple habitait 35 quai Videcoq au Havre.

_

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article117320, notice LE GONIDEC Joseph, Marie par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 7 juin 2020, dernière modification le 3 avril 2021.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Nat. F7/13766, Bordeaux, 14 avril 1927. — Arch. Dép. Seine-Maritime, Sûreté générale, rapports mensuels des commissaires spéciaux, Rapports sur les dockers du Havre non classés, 4 MP 2872 conflits du travail Dieppe, Le Havre, 1 MP 243 Renseignements sur suspects. — Arch. de l’UD CGT liasse 1895-1925. — Le Travailleur de la mer, février 1925. — L’Horizon maritime, n° 1, septembre 1929. — témoignages. — Arch. Dép. Côtes-d’Armor État civil, Registre matricule militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément