LE LAY Alain, Jacques

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

Né le 21 septembre 1909 à Plobannalec-Lesconil (Finistère), mort en déportation le 4 octobre 1942 à Auschwitz ; employé de mairie ; secrétaire de la section communiste de Concarneau.

Tombe d’Alain Le Lay au cimetière de Plobanalec-Lesconil
Tombe d’Alain Le Lay au cimetière de Plobanalec-Lesconil
Cliché d’Annie Pennetier

Fils d’un marin-pêcheur et d’une ménagère qui habitaient Lesconil, Alain Le Lay, élève-maître à l’École normale d’instituteurs de Quimper, en fut exclu pour avoir participé à la grève contre la préparation militaire en juin 1929. Surveillant puis en 1936 employé à la mairie de Concarneau, il siégea au bureau de la Région bretonne du Parti communiste de 1934 à 1939. Il fut, de 1936 à 1939, secrétaire de la section de Concarneau-ville. Avant la Seconde Guerre mondiale, il était employé de mairie et domicilié 12 rue Laennec à Concarneau. Charles Tillon, dans son rapport sur la conférence régionale du 5 décembre 1937 indiquait qu’il était instituteur.

Mobilisé en 1939, il entra, pendant l’Occupation, dans la Résistance et y joua un rôle important. Arrêté 12 novembre 1941 porteur d’une forte somme d’argent, Le Lay figurait dans le convoi des 45 000, parti le 6 juillet 1942 pour Auschwitz. La mention du décès à l’état civil du lieu de naissance, le 1er mars 1943, fut rectifiée en 4 octobre 1942 par décision du Procureur de la République de Quimper, le 23 janvier 1998.
Une avenue de Concarneau porte son nom.

Son père, Jacques Le Lay, militant communiste et CGTU, fut résistant ainsi que son frère Jacques.

Une plaque figure au cimetière de Plobannalec-Lesconil.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article117536, notice LE LAY Alain, Jacques par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 3 février 2021.

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

Tombe d'Alain Le Lay au cimetière de Plobanalec-Lesconil
Tombe d’Alain Le Lay au cimetière de Plobanalec-Lesconil
Cliché d’Annie Pennetier

SOURCES :RGASPI, 517. 1. 1864. — Eugène Kerbaul, 1 270 militants du Finistère (1918-1945), Bagnolet, 1985. — La Dépêche de Brest, 11 octobre 1937. — Claudine Cardon, Le convoi des 45 000, op. cit. — Renseignements fournis par Christian Larnicol, du Guilvinec. — État civil de Plobannalec Lesconil. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément