LE MAUX Jean

Par François Prigent

Né le 14 février 1892 à Keryado (Morbihan) ; mort le 23 avril 1946 à Keryado (Morbihan) ; maire SFIO de Keryado (1935-1940, 1945-1946) ; militant CGT ; résistant ; militant laïque.

Ses parents, Julien Le Maux et Marie Garot, tous deux jardiniers, s’étaient mariés en 1890 à Keryado.
Né le 14 février 1892 à Lorient (Morbihan), Jean Le Maux avait épousé Louise Gonin le 1er mars 1919. Engagé dans la Marine nationale, il fut blessé le 21 septembre 1914 dans la baie de Corisco. Maître-fourier, il termina sa carrière à bord du Provence, obtenant de nombreuses décorations militaires (croix de guerre, médaille militaire, médaille coloniale en Afrique Equatoriale, décoration anglaise for distinguished service...
Agent militaire, il fut employé dans les services militaires de Châlons-sur-Marne (Marne). Jean Le Maux, militant CGT depuis la fin des années 1920, appartenait au Parti socialiste SFIO et fut l’un des principaux animateurs de la manifestation antifasciste du 12 février 1934 à Châlons. En juin de la même année, il fut mis à la retraite d’office pour « inaptitude morale » après avoir été défendu devant la commission de discipline par l’avocat socialiste rémois Léonce Bernheim. Le Travail, journal socialiste marnais, lança une subvention pour lui venir en aide.

Révoqué par l’armée en raison de ses engagements, il retourna vivre en Bretagne, près de Lorient. Employé à la Compagnie Worms, Jean Le Maux devint secrétaire de la section socialiste SFIO de Keryado (Morbihan) et maire de cette commune en mai 1935. Très laïque, il s’opposa vivement à l’abbé Le Gal, interdisant les processions sur les voies publiques du pardon de Saint-Armel en juillet 1935.
Impulsant la naissance du Foyer Laïque de Keryado, Jean Le Maux fut aussi à l’origine de la construction du terrain des sports ou de la salle Salengro, d’un projet d’une nouvelle école, de l’amélioration du réseau d’eau potable par exemple.
Révoqué par Vichy le 27 décembre 1940, Jean Le Maux s’engagea dans la Résistance en 1942, à Lorient puis Auray, avant de rejoindre le maquis. Réinstallé maire de Keryado le 12 mai 1945, il fut réélu maire en octobre 1945. Malade, il fut remplacé par Jean Penquer en février 1946.
Jean Le Maux mourut le 23 avril 1946 à Keryado (actuellement commune de Lorient).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article117677, notice LE MAUX Jean par François Prigent, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 29 juin 2020.

Par François Prigent

SOURCES : Arch. dép. du Morbihan.-Arch. fédérales du PS du Morbihan.- Arch. municipales de Lorient.-B. Barberousse, Le Front populaire à Châlons-sur-Marne, Mémoire de Maîtrise, Reims, 1967. — François Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980. -État civil de Lorient. Notice Jean Le Maux, archives municipales de Lorient.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément