LEPART Alfred, Victor, Constant [dit ESBERT]

Né le 9 février 1866 à Gavrus (Calvados), mort le 16 mars 1936 à Lagny (Seine-et-Marne) ; typographe ; socialiste ; trésorier de l’Union départementale CGT de Seine-et-Marne.

En 1895, Lepart résidait à Paris avec sa femme Adrienne Levillain née le 6 novembre 1873 à Alençon (Orne). Son premier fils Lucien y naquit.

Vers 1900, il s’installa à Lagny où sa femme tint un débit de vins ; son deuxième fils, Adrien, y naquit en 1900 et son troisième fils, Marius, Blanqui, y naîtra en 1905. Il était contremaître typographe à l’École professionnelle d’Alembert, appartenant à l’Assistance publique, installée à Montévrain, canton de Lagny. Lepart divorça le 30 janvier 1908 et eut la garde de ses enfants.

Dès son arrivée, il s’inscrivit au syndicat des ouvriers du Livre de Lagny dont il devint trésorier en 1902 et qu’il représenta pendant toute sa carrière. Il milita activement et la police le classait parmi les « antimilitaristes notoires et agitateurs bien connus des dirigeants cégétistes ». En octobre 1906, il fut délégué au IXe congrès de la CGT qui se tint à Amiens.

En 1910, il quitta Lagny pour s’installer à Dampmart (canton de Lagny). Sa femme était alors Anne, Marie Lamy née à Paris en 1866. En 1912, il devint trésorier de l’Union départementale des syndicats ouvriers de Seine-et-Marne — voir Chaussy Arthur*.

Pendant la guerre de 1914-1918, Lepart resta seul responsable de l’UD. En 1917, un seul syndicat répondit à son invitation pour un congrès départemental. L’année suivante, dix syndicats étaient représentés au congrès qu’il organisa à Paris le 5 mai ; il y offrit sa démission qui fut refusée. Il fut réélu à chaque congrès annuel trésorier de l’UD. En 1920, son indemnité fut fixée à 150 F par mois. Cette même année, il fut nommé membre du conseil d’administration du journal Le Semeur de Seine-et-Marne.

En 1922, il resta à la CGT ; il fit partie de la commission provisoire de l’UD et en devint trésorier provisoire, le 16 juillet 1922, secrétaire-trésorier en octobre. Il fut réélu chaque année, même en 1930, alors qu’il devait prendre sa retraite le 1er septembre. En juillet 1931, il abandonna le secrétariat ; il conserva la trésorerie jusqu’au 23 juin 1935.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article117899, notice LEPART Alfred, Victor, Constant [dit ESBERT] , version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 17 février 2019.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13 620. — Arch. Dép. Seine-et-Marne, séries 6 M-10 M. — État civil d’Alençon (Orne). — Le Briard, 20 mars 1936. — Le Travail de Seine-et-Marne (1921-1931). — Le Semeur de Seine-et-Marne (1910-1914).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément