LEPOURIEL Henri

Par Claude Geslin, Armand Rébillon

Né à Saint-Sauveur-des-Landes (Ille-et-Vilaine) le 12 janvier 1878 ; mort en mer le 14 juin 1931 dans le naufrage du Saint-Philibert  ; ouvrier de la chaussure ; militant ouvrier ; syndicaliste et coopérateur d’Ille-et-Vilaine et de la Loire-Inférieure.

Fils d’artisan, Henri Lepouriel passa sa jeunesse à Fougères (Ille-et-Vilaine) et s’instruisit surtout lui-même puis prit une part active au mouvement ouvrier qui s’organisa à Fougères peu avant 1900 (voir Pierre Jousse*, Dictionnaire., t. 13). Membre du groupe socialiste et du syndicat de la chaussure, il fit partie du comité de grève après le lock-out de 1906. Il fut un des premiers adhérents de « l’Alliance des travailleurs fougerais », coopérative de consommation fondée en 1898, et, en 1902, il fut l’un des dirigeants-fondateurs de « l’Émancipation », coopérative ouvrière de fabrication de chaussures. C’est à ces deux organisations qu’il consacra bientôt le principal de son activité et c’est comme coopérateur qu’il est surtout connu, ayant manifesté dans ce domaine des qualités d’organisateur et d’administrateur qui lui assurèrent de bonne heure une singulière autorité.

En 1908, il entra au conseil d’administration de « l’Alliance » dont il devint bientôt le trésorier. Sur son rapport y fut créé en 1909 un « Cercle d’études syndicales et coopératives ». Il prit en même temps la direction de « l’Émancipation ». Pendant la guerre de 1914-1918, il suppléa Trébourg, mobilisé, à la présidence de « l’Alliance ».

Socialiste, Henri Lepouriel fut candidat à de multiples élections : municipales de Fougères en 1912 et 1914, législatives de 1919 ; il contribua cette année-là à la création du journal de la Fédération socialiste départementale, la Voix socialiste. En 1922, il fut candidat socialiste au conseil général dans le canton de Louvigné-du-Désert ; en 1924, aux législatives. En 1925, il fut élu conseiller municipal de Fougères et devint adjoint au maire. Il fut plus tard, en 1929, candidat socialiste aux élections municipales de Nantes (Loire-Inférieure).

Lepouriel occupa souvent des fonctions importantes dans le cadre départemental du mouvement socialiste, surtout après la guerre. Il fut le premier secrétaire de la section socialiste de Fougères reconstituée le 21 mars 1921 et le secrétaire de la Fédération socialiste d’Ille-et-Vilaine de 1921 à janvier 1923. Il abandonna alors toutes ses fonctions à l’intérieur du Parti socialiste pour se consacrer tout entier au mouvement coopératif. Cependant, il resta toujours l’inspirateur de la section socialiste de Fougères dont il était d’ailleurs le correspondant local pour l’Aurore d’Ille-et-Vilaine, organe de la Fédération.

Mais Lepouriel fut surtout un coopérateur. Il entra dans ce mouvement dès l’âge de dix-neuf ans et en fut l’un des pionniers dans la région fougeraise. Il participa à la création de l’« Alliance des travailleurs fougerais » puis, en 1909, devint directeur de la coopérative de production « L’Émancipation » qui connaissait alors de grandes difficultés. Par une bonne administration, il arriva à redresser l’état de cette société en 1914 et réussit pendant la guerre à fournir du travail aux ouvriers en obtenant des commandes militaires. En 1911 à Calais, en 1912 à Paris, il avait été délégué aux congrès des coopératives socialistes et s’était prononcé pour l’unité coopérative.

Fin 1924, il fut appelé à Nantes pour réorganiser l’Union des coopérateurs de la Loire-Inférieure dont il fut le directeur jusqu’à sa mort, en 1931. En 1926, il était secrétaire de la Fédération des coopératives de l’Ouest groupant neuf départements.

il fut appelé à prendre à Nantes la direction de l’union des coopérateurs de la Loire-Inférieure qu’il s’efforça de réorganiser, intensifiant aussi le travail de propagande avec parfois le concours de collègues fédéraux, tels ses amis Prache et Boully. Animateur du Comité des Loisirs coopératifs avec ses camarades nantais Peneau, Lepage, Mesnil, Rochet, il périt tragiquement avec eux le 14 juin 1931, dans le naufrage du Georges-Philippar frété pour l’excursion que le Comité avait organisée ce jour-là à l’île de Noirmoutier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article117953, notice LEPOURIEL Henri par Claude Geslin, Armand Rébillon , version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 8 mai 2013.

Par Claude Geslin, Armand Rébillon

SOURCES : Arch. Dép. Ille-et-Vilaine, 3 Md 35 et Md 36. — L’Aurore d’Ille-et-Vilaine, 1922-1931. — Le Travailleur de l’Ouest, 1931. — Le Réveil syndicaliste, 1926. — Le Coopérateur, 1925-1926. — État civil de Saint-Sauveur-des-Landes. — Histoire de cinquante années d’action coopérative à Fougères, 1898-1948, Rennes, 1948.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément