LE RAMEY Jean, Georges, Auguste

Par Claude Pennetier

Né le 3 octobre 1901 à Brest (Finistère), mort le 7 mars 1988 à Cherbourg (Manche) ; mutin de la Mer Noire ; militant communiste de la Manche.

Matelot électricien sur le cuirassé « France », Jean Le Ramey fut l’un des mutins de la mer Noire du 19 au 23 avril 1919. « Le plus jeune mutin du France » selon André Marty (il avait dix-sept ans) fut acquitté par le Conseil de guerre en septembre 1919, et, son service terminé, travailla dans une des succursales du ministère de la Marine. C’était un petit homme, maigre.
Jean Le Ramey animait, en 1936, le Comité local de lutte contre la guerre et le fascisme à Cherbourg (Manche). En 1937, celui-ci fut désigné par la section de Cherbourg comme candidat pour le parti communiste pour le conseil d’arrondissement, dans le canton de Bricquebec (Manche). Il était électricien.

Jean Le Ramey fut actif au Parti communiste après la Libération et succéda, en 1953, à André Marty, exclu du PCF, comme président de l’Amicale des Anciens de la mer Noire. Il était alors concierge à la maison des métallurgistes, rue Jean-Pierre-Timbaud à Paris.
Le Ramey s’installa à Bricquebec (Manche),rue Pierre Marie en 1959 et eut une petite échoppe de réparation de matériel électrique. Communiste convaincu, il était critique par rapport à la direction parisienne et même à Thorez. René Hanel qui appartenait à sa cellule bénéficia de sa formation et de son témoignage. La mise à l’écart de Georges Guingouin le préoccupait au point que le jeune militant passa ses vacances dans le Limousin pour enquêter et tenter de comprendre. S’il disait peu de choses sur l’affaire Marty, il s’inquiétait des exclusions. René Hanel écrit : "Mis en disgrâce par le parti, l’Humanité occulta sa mémoire. Je fis son éloge funèbre dans Libération."

En 1973, les Éditions sociales publièrent son témoignage sur « Le cuirassé "France" et les événements de la mer Noire en 1919 » dans un livre sur les Mutins de la mer Noire.

Jean Le Ramey mourut le 7 mars 1988 à Bricquebec (Manche), où il habitait. Il y est enterré.
_

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article117988, notice LE RAMEY Jean, Georges, Auguste par Claude Pennetier, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 16 janvier 2021.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. André Marty*, A IV. — Jean Le Ramey, Pierre Vottero, Mutins de la mer Noire, Éd. sociales, 1973 — Arch. Jean Maitron (photos). — Cherbourg Éclair, 3 juin 1936, 14 août 1937L’Humanité, 6 août 1937. — Notes de Gilles Pichavant. — Témoignage email et téléphonique de René Hanel, janvier 2021. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément