LESAGE Jean, Joseph

Né le 20 mars 1883 à Reims (Marne), mort le 6 août 1949 à Charrin (Nièvre) ; verrier ; syndicaliste CGTU.

Fils de Gérard Edmond Lesage et de Victorine Charlotte Grelet, Jean Lesage était verrier lors de son mariage le 3 mars 1906 à Reims avec Marie Eugénie Carré.
En 1925, Lesage était l’un des animateurs du syndicat CGTU des verriers de Saint-Léger-des-Vignes (Nièvre) lorsque, en juillet, le directeur de la Verrerie, de Burine, profita de l’extinction des fours pour aviser plusieurs militants dont Jean-Marie Boque, P. Copin et lui-même qu’ils ne seraient pas réembauchés. Une longue et dure grève de solidarité fut déclenchée, sans succès. Une soixantaine de licenciements eurent lieu. Le député communiste de la Seine, Jean-Marie Clamamus, originaire de Saint-Léger et cousin de Madame de Burine, avait tenu une réunion de soutien aux grévistes, en août, mais ce fut en vain.
Jean Lesage était probablement venu travailler à Saint-Léger-des-Vignes avec d’autres verriers de Reims. La verrerie avait été détruite pendant le Première guerre mondiale. Il avait probablement travaillé dans cette verrerie, puis à celle de Courcy où trois de ses enfants sont nés. Au recensement de 1926 il habitait à Saint-Léger-des-Vignes avec sa famille. L’ainé de ses enfants né en 1908 était verrier. Son quatrième enfants André était né à Decize (Nièvre).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article118157, notice LESAGE Jean, Joseph , version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 26 novembre 2020.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13004. — Notes d’André Lavergne, novembre 2020.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément