LEVESQUE Fernand, Gaston

Par Yves Le Maner

Né le 30 mai 1910 à Angers (Maine-et-Loire) ; militant syndicaliste chrétien du Nord ; secrétaire du syndicat du Bâtiment d’Armentières (Nord).

Fernand Levesque passa sa jeunesse à Angers, son père, instituteur, étant mort alors qu’il n’avait que deux ans. Sa mère, qui devait élever quatre enfants, se remaria en 1925 et s’installa avec ses enfants à Armentières (Nord), ville d’origine de son second mari.

Les débuts de la vie professionnelle de Fernand Levesque furent très instables : après avoir commencé à travailler comme ouvrier ébéniste, il fut ensuite vendeur chez un électricien, puis aide-opérateur dans un cinéma avant de se fixer, en 1937, comme employé de bureau dans une filature où il termina sa carrière.

Secrétaire du syndicat CFTC du Bâtiment d’Armentières à partir de 1932 (il en avait été l’un des fondateurs en 1928), il conserva ce poste jusqu’en 1937, date de son changement de branche professionnelle. Cette année fut également marquée par un changement radical d’orientation de son action militante : il abandonna le syndicalisme pour se consacrer à la politique, devenant, avant guerre, l’un des dirigeants de la section armentiéroise du Parti démocrate populaire.

Mobilisé en 1939, il rejoignit les Forces Françaises Libres et prit part aux campagnes d’Afrique du Nord et d’Italie dans l’armée du général Juin. Il obtint la Croix de guerre et la Légion d’honneur après la bataille du Monte-Cassino.

Après la guerre, il assura la présidence de la section d’Armentières du MRP puis du Centre démocrate, fonction qu’il occupait encore en 1973.

Paradoxalement, eu égard à son modérantisme politique et à son catholicisme fervent, il opta pour la CFDT lors de la scission de la CFTC en 1964.

Levesque s’était marié en 1938 à Bois-Grenier (Nord).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article118402, notice LEVESQUE Fernand, Gaston par Yves Le Maner, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 24 novembre 2010.

Par Yves Le Maner

SOURCE : J.-C. Héras, Mémoire de Maîtrise, Lille III, 1973, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément