LIGER Émile, Léon

Par Nadia Ténine-Michel

Né le 7 janvier 1883 à Vitry-aux-Loges (Loiret), mort le 14 juin 1949 à Étampes (Hauts-de-Seine) ; ouvrier mouleur ; militant communiste puis socialiste d’Étampes (Seine-et-Oise) ; syndicaliste CGT.

Léon Liger était fils de Théodore, cultivateur, et de Marie Poirier. Lors du XIVe congrès de l’Union départementale de Seine-et-Oise, tenu le 7 juin 1914 à Orsay, Léon Liger, représentant des Métaux d’Étampes, fut élu à la commission administrative de l’UD. En juillet 1919, il devint secrétaire du Comité intersyndical d’Étampes nouvellement créé. Il mena une action auprès des ouvriers agricoles de la région d’Étampes(actuelle Essonne)en 1919 et adhéra au PCF dont il était en 1922 le responsable local. Ensuite militant socialiste, Léon Liger fut élu conseiller municipal en 1929 et premier adjoint en 1935 du maire, bientôt député radical-socialiste, le docteur Lucien Camus. Celui-ci fut suspendu le 24 octobre 1939 et Léon Liger nommé maire intérimaire. Le régime de Vichy ne le maintint pas. Léon Liger était franc-maçon, membre de la loge locale du Grand Orient.

Il fut rétabli au Conseil municipal par le comité local de libération et en 1945 réélu premier adjoint sur une liste de résistants comprenant des MRP,radicaux,SFIO et communistes. Il fut réélu conseiller municipal en 1947.

Il s’était marié le 4 juillet 1909 à Étampes (Essonne) avec Marie Danteret, puis le 21 octobre 1940 à Paris (XIIIe arr.) avec Léonie Agneles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article118586, notice LIGER Émile, Léon par Nadia Ténine-Michel, version mise en ligne le 20 novembre 2013, dernière modification le 20 novembre 2013.

Par Nadia Ténine-Michel

SOURCES : Arch. Nat. F7/13620. — Arch. Dép. Seine-et-Oise:2M30/65,4M2/59 et 2/77,1W1034 et 1066. — J.O. 14 septembre 1941. État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément