LORIOT Maurice

Par Jean-Jacques Doré

Né le 20 avril 1878 à Amiens (Somme), mort le 29 janvier 1953 à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; chauffeur mécanicien ; syndicaliste CGT ; communiste puis socialiste.

Fils d’un cantonnier, Maurice Loriot, installé à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) après la Grande Guerre fut un communiste de la première heure. Successeur de Jean Boutbien au secrétariat du rayon de Sotteville en 1923, il était jugé comme "particulièrement dangereux pour l’ordre public" et inscrit au carnet B de la Seine-Inférieure le 7 février 1923.

Militant de l’ombre à la tête du rayon communiste jusqu’en 1930, il sortit de sa réserve pour fonder en 1931 un comité local des chômeurs de Sotteville, dont il assura le secrétariat.

Loriot quitta le PCF lorsqu’il fut embauché comme chauffeur mécanicien par la municipalité socialiste le 14 novembre 1932. En 1934, il prit sa carte à la SFIO et fut élu l’année suivante secrétaire du syndicat CGT des Employés municipaux de Sotteville.

À la direction du syndicat jusqu’en 1940, Maurice Loriot était devenu l’un des proches du maire de Sotteville Eugène Tilloy.

Il s’était marié à Amiens (Somme) le 22 juillet 1899.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article118918, notice LORIOT Maurice par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 10 août 2020, dernière modification le 10 août 2020.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Inférieure, 1 MP 611 Radiés du carnet B, 4 MP 2886 Fiches individuelles de militants syndicaux. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément