LOUETTE Louis

Par Gilles Pichavant

Né le 16 septembre 1878 à Paris (VIe arr.), mort le 21 mai 1961 à Cosne-sur-Loire (Nièvre) ; Sous-agent des Postes, employé des postes ; militant du syndicat national des sous-agents, puis militant CGTU.

Le 4 octobre 1905, il participa à une réunion du syndicat des sous-agents des Postes et télégraphes, tenue au siège social provisoire du syndicat, 154 rue Saint-honoré à Paris, et présidée par Barbut. Il signa le compte rendu de réunion en tant que secrétaire-adjoint du syndicat. Le 4 novembre 1906, il fut réélu secrétaire-adjoint du syndicat, par le congrès du syndicat des sous-agents réuni à la maison du Peuple, rue de Clignancourt.

Le 13 juin 1918, il participa au 7e congrès du syndicat, réuni à la salle de l’Union des syndicat, rue de la Grange-aux-Belles à Paris. Le 3 juin 1920, il intervint lors de la 2e séance du 9e congrès du syndicat, tenu les 3, 4, et 5 juin 1920 à la Grange-aux-Belles à Paris. Il proposa un ordre du jour sur l’augmentation de la cotisation qui fut accepté à l’unanimité. Le 5 juin, il présida la séance de l’après-midi.

23 avril 1922 à 14h30 salle de l’Avenue Mathurin Moreau, eut lieu la réunion constitutive de la Fédération postale unitaire. Lartigue proposa la résolution qui constitua la Fédération postale unitaire, avec comme projet qu’elle se transforme en syndicat unique des PTT dans les 6 mois. Louette fut élu secrétaire général du syndicat unique provisoire composé des agents et des employés, les ouvriers n’étant pas mandatés pour le faire ; les secrétaires administratifs furent Boisset* et Raynaud ; le trésorier général : Filippi ; trésorier adjoint Debic* ; archiviste Boudet*.

Du 25 juin au 1er juillet 1922, il participa au 1er congrès de la CGTU. Il y porta les mandats du syndicat des employés des PTT du Finistère, de Haute-Garonne, du Lot-et-Garonne, de Mayenne, et du Tarn. En mars 1923 il était secrétaire général du syndicat des employés des PTT (Unitaire).

Le 14 avril 1924, il signa un article dans l’Humanité, intitulé « Le prochain congrès des PTT unitaires » (du 24 au 27 avril), dans lequel il appelait les minoritaires (proches du parti communiste) à se mobiliser pour battre la majorité fédérale (arnarcho-syndicaliste). Il y dénonçait Lartigue comme étant autoritaire, ainsi que Peytaud. Lors de ce congrès, Lartigue et sa tendance furent battus.

En mai 1926, Louette fut délégué au congrès de la FPU, et, le 21, il y présenta un rapport sur les retraites. En 1927 Louis Louette siégeait à la commission exécutive de l’Union des syndicats CGTU de la région parisienne. Il présenta le rapport sur les retraites au IIIe congrès de la Fédération postale CGTU, tenu à Paris en juin 1928. Il était en 1933 secrétaire du syndicat des agents et employés des PTT, syndicat affilié à la CGTU.

Marié le 7 septembre 1912 à Paris (XVe arr.) avec Fernande Robert, il mourut le 20 mai 1961 à Cosne-sur-Loire (Nièvre).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article118976, notice LOUETTE Louis par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 1er août 2020.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Arch. Nat. F7/13802. — Arch. PPo. 307. — Bulletin officiel de l’Union des syndicats unitaires de la région parisienne, avril 1927. — Brochure 1e congrès de la CGTU-1922 — L’Humanité, 9 octobre 1905, 5 novembre 1906, 4 juin 1920, 5 juin 1920, 6 juin 1920, 19 mars 1923, 20 mars 1923, 24 avril 1922, 25 avril 1922, 22 mai 1926. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément