LULÉ Albert, Eugène

Par Jacques Girault

Né le 3 mai 1912 à Vibraye (Sarthe), mort le 17 août 2002 à Paris (XXe arr.) ; dessinateur dans les services techniques municipaux ; syndicaliste CGT puis CGT- Force ouvrière (FO) ; anarchiste puis socialiste de la Sarthe.

Fils aîné d’instituteurs syndicalistes (voir Lulé Yvonne*), Albert Lulé fit son service militaire dans une section d’infirmiers militaires à Rabat (Maroc) puis entra, le 1er mars 1931, comme dessinateur aux services techniques de la mairie du Mans (Sarthe).

Syndiqué à la CGT à partir de cette date, il devint trésorier du syndicat des agents communaux de la ville et secrétaire général du groupement départemental des services publics et des services de santé. Il était en 1936 secrétaire du comité local de la Ligue des objecteurs de conscience fondée par Gérard Leretour, secrétaire du groupe du Mans de l’Union anarchiste, animateur de la SIA (Solidarité internationale antifasciste) et collaborateur régulier du Libertaire. Devenu membre du Parti socialiste SFIO, il prit part aux activités du groupe des "Amis de Syndicats".

Mobilisé dans l’Aisne, Lulé se consacra, après sa démobilisation, au secrétariat de l’association des anciens élèves du conservatoire de musique du Mans. Selon le SSS, il se disait avec son épouse « partisans de la collaboration entre tous les États européens » et avait adhéré au Centre syndical de propagande ouvrière (comité Gabriel Lafaye*) lors de sa constitution dans la Sarthe.

Membre des Amis de Force Ouvrière, il participa à la fondation de la CGT-FO dans la Sarthe en 1948. Délégué régional (Bretagne et Pays de la Loire) de la Fédération CGT-FO des Services publics et des Services de santé (1948-1962), secrétaire de la Fédération (1962-1975), il siégea à la commission nationale paritaire du personnel communal de 1957 à sa retraite en 1975. Rapporteur général des questions de formation, du recrutement et de perfectionnement du personnel communal, administrateur et vice-président de la CNRACL (Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales), administrateur du collège des retraités du conseil d’administration de la CNRACL (il en était le premier secrétaire), secrétaire général des sociétés de Mutualité de la Sarthe, il exerça les responsabilités de secrétaire général de la section nationale des retraités (CGT-FO) des collectivités locales et des services concédés. Délégué de la France au CIRIEC (Centre international de recherches et d’information pour l’économie collective), il siégea à la commission pédagogique des Instituts universitaires de technologie pour l’administration des entreprises et des collectivités.

Au scrutin du 17 novembre 1955 pour le renouvellement du conseil d’administration de la caisse primaire de Sécurité sociale de la Sarthe, quatrième sur la liste des candidats de la CGT-FO, Albert Lulé, secrétaire général du syndicat départemental des services publics, fut élu. La CGT-FO eut quatre sièges. À la réunion du 1er décembre 1955 du CA il fut élu au poste de trésorier (20 voix sur 28 votants). Plus tard, pour la désignation des membres des bureaux et des commissions, il fut désigné comme président de la commission de procédure gracieuse par l’ensemble des représentants du patronat, de la CGT-FO, de la CFTC, des mutualistes. Cette nomination fut dénoncée par l’Union départementale CGT. Lulé ne figurait pas sur la liste CGT-FO au scrutin du 13 décembre 1962.

Lors du congrès confédéral d’octobre 1956, Albert Lulé vota en faveur de la motion minoritaire sur l’Algérie, qui réclama la libre détermination du peuple algérien à disposer de lui-même, un cessez-le-feu et des négociations rapides entre la France et les nationalistes algériens. En novembre 1963, il fut élu à la commission confédérale de contrôle.


Marié en mai 1935 au Mans avec une sténodactylo, père d’un fils, Lulé termina sa carrière comme ingénieur principal de la Communauté urbaine du Mans.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article119166, notice LULÉ Albert, Eugène par Jacques Girault, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 27 juillet 2012.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., Z6/1917, scellé 329.— Centre régional d’archives historiques de la Sécurité sociale
du Mans, boîte 20 / 54.— Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé. — Compte rendu du congrès confédéral CGT- FO de 1956. — FO Hebdo, 27 novembre 1963. —Notes de Gérard Boëldieu, de Louis Botella, de J.-M. Lebas, de Gilles Morin.

Version imprimable Signaler un complément