MABILY Amable [MABILY Aimable, Antoine, Joseph, dit]

Par Jacques Girault

Né le 19 janvier 1897 à La Seyne (Var), mort le 7 juillet 1959 à Toulon (Var) ; instituteur ; militant communiste, adjoint au maire de Toulon.

Fils d’un patron boulanger, Amable Mabily participa aux combats de la Première Guerre mondiale sur le front italien. Instituteur à La Seyne, adhérent du Parti communiste depuis 1927, il fut secrétaire du comité antifasciste de la ville auquel son épouse appartenait également et le premier orateur du rassemblement du 14 juillet 1935. Délégué à la propagande de la Mutuelle assurance automobiles des instituteurs de France en 1936, il participait à la vie de la section départementale du Syndicat national des instituteurs. 

Ayant repris contact avec le Parti communiste clandestin à La Seyne, dans le courant de la guerre, il fit partie du comité d’initiative départemental des Mouvements unis de la Résistance (Liberté du Var, 7 septembre 1945). Après la guerre, il devint directeur d’une école à Toulon jusqu’à sa retraite dans les années 1950.

Mabily se maria en avril 1920 à La Seyne.

Mabily, militant du Parti communiste français, entra à la commission fédérale de contrôle financier au début des années 1950. Il en devint le président en 1959. Candidat sur la liste « d’Union républicaine et résistante », il fut élu conseiller municipal de Toulon, le 26 avril 1953. Secrétaire de la section communiste de Toulon depuis 1954, il devint, à la suite d’un accord entre communistes et socialistes SFIO, au conseil municipal, cinquième adjoint au maire, le 12 février 1955. Réélu le 22 mai 1955 après la dissolution du conseil, il conserva son poste d’adjoint. Il démissionna, avec ses camarades, début novembre 1958, pour protester contre le vote positif des élus socialistes au référendum. Le 8 mars 1959, il se représenta et compta parmi les dix élus communistes.


Son épouse, née Mela Marcelle, Hélène le 11 juin 1898 à Toulon, fille d’un boucher, fut candidate communiste aux élections municipales de Toulon en 1945, en 1947, puis en 1949. Secrétaire départementale de l’Union des femmes françaises, elle fut présentée le 8 juin 1950 sur la liste de la CGT pour les élections aux organismes de la Sécurité sociale. 

Toujours membre du PCF, retirée à La Seyne, elle y mourut, le 5 juillet 1983. 



Les Mabily avaient adopté une fille de résistants qui devint artiste peintre et enseignante à l’école des Beaux-Arts de La Seyne sous le nom de Michèle Dolfi-Mabily.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article119267, notice MABILY Amable [MABILY Aimable, Antoine, Joseph, dit] par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 30 septembre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 4 M 47, 59.2, 4.4, 3 Z 4.6. — Arch. J. Charlot (Centre d’histoire sociale du XXeme siècle). — Presse locale. — Notes de Jean-Marie Guillon. — Sources orales. — DBMOF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément