MABIT Charles, Jules, Marie

Né le 3 mars 1910 à Nantes (Loire-Inférieure), mort le 26 septembre 1994 à Saint-Herblain (Loire-Atlantique) ; ouvrier électricien ; militant syndicaliste chrétien de Nantes.

Charles Mabit en 1939.

Fils d’un inspecteur d’assurances, Charles Mabit fréquenta l’école primaire Saint-Jean-Baptiste de Guérande, puis les cours de l’Institut catholique professionnel de Nantes. Ouvrier électricien, il adhéra à la Jeunesse ouvrière chrétienne le 29 janvier 1928 et devint président de la Fédération de Loire-Inférieure en 1929 puis, après avoir accompli son service militaire, fut permanent national (1931-1935).

Également en 1928 il adhéra au syndicat CFTC de la Métallurgie. Devenu permanent de l’Union locale CFTC de Nantes, le 1er avril 1935 puis, secrétaire de l’Union départementale en 1936, il fut, en 1938, délégué confédéral. pour toute la région ouest. Partageant le travail avec Léon Grimault, de Rennes, il s’occupait particulièrement de la Loire-Inférieure, du Maine-et-Loire, de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Vienne. Rédacteur de la Voix des Travailleurs de 1935 à 1939, il participa à l’évolution de la CFTC, composée jusque-là essentiellement d’employés, qui s’orientait vers le syndicalisme ouvrier.

A la tête du syndicat CFTC, Mabit avait pris part, en 1935, à la grève du bâtiment à Nantes collaborant avec la CGT et la CGTU pour protester contre les menaces de diminutions de salaires. Il créa alors le journal Bâtir, organe mensuel des syndicats ouvriers du Bâtiment de la région ouest CFTC dont il fut le gérant en 1935 et 1936.

En 1938, il créa la Fédération nationale CFTC des syndicats de la Conserve et participa aux grèves dans cette industrie. Il intervint aussi, aux côtés des responsables CFTC nazairiens, Jean Terrien et Constant Chauve, lors des grèves des chantiers de Penhoët. Enfin, il introduisit la mixité dans les syndicats d’employés.

Mobilisé en 1939, fait prisonnier, libéré, Mabit dirigea de 1940 à 1942 des centres de Jeunesse nouvelle, ateliers de jeunesse sous l’égide de la JOC. Il fut ensuite jusqu’en 1947 responsable de la Croix-Rouge pour l’ouest de la France.

Militant, à la fin de la guerre, dans les associations familiales, il fut pendant membre du Conseil économique à partir de 1951 puis du Conseil économique et social jusqu’en 1964 au titre de l’UNAF, administrateur de la caisse d’allocations familiales (1945-1951) et vice-président de la Fédération des familles de France (1958-1963). Il était marié et père de six enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article119269, notice MABIT Charles, Jules, Marie , version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 17 juin 2021.
Charles Mabit en 1939.

SOURCES : La Voix des Travailleurs, 1936-1939. — Bâtir, 1935-1936. — Renseignements communiqués par C. Mabit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément