MAILLE Bruno [MAILLE Tropez, Justin, Henri, Bruno]

Par Jacques Girault

Né le 17 décembre 1868 à Toulon (Var) ; ouvrier typographe ; militant syndicaliste ; militant socialiste dans le Var.

Fils d’un employé de la Marine, Bruno Maille, ouvrier typographe, se maria à Toulon, en décembre 1897. Militant de la section socialiste SFIO, partisan des thèses de Gustave Hervé, il devint membre de la commission administrative en 1910 et secrétaire adjoint en 1913. Délégué sortant de la commission administrative des hospices civils, présenté, le 29 mai 1912, au conseil municipal par le groupe socialiste SFIO, il fut battu. Rédacteur du journal socialiste La Provence, il signa un appel le 18 novembre 1912,
pour le lancement d’un nouveau journal, La Provence nouvelle. Selon le commissaire spécial en 1917, il figurait parmi les minoritaires de la section.

Président du syndicat CGT des ouvriers typographes de Toulon qui regroupait 52 adhérents en 1907, secrétaire de la Fédération CGT du Livre, administrateur de l’Union des chambres syndicales du Var, il fut délégué des typographes de Toulon au XVIIIe congrès national corporatif — 12e de la CGT — et à la 5e conférence des Bourses du Travail tenus au Havre du 16 au 23 septembre 1912.

Appartenant à la tendance suivant Marius Doria , Maille obtint d’être délégué par le syndicat des typographes à l’Union départementale CGT qui s’opposait à la précédente et faisait partie du bureau de l’Union départementale fermée en décembre 1913, lors du congrès de La Seyne. Membre sortant du conseil d’administration de la Bourse du Travail, il ne fut pas réélu, le 18 avril 1918. Élu en juin 1918, il fut le candidat de Doria au poste de secrétaire de la Bourse. Il se déclara solidaire du dirigeant syndicaliste toulonnais accusé d’"affairisme". Lors du renouvellement du secrétariat de l’Union départementale CGT, au congrès du 9 février 1920, il se présenta pour le poste de secrétaire et obtint 4 voix sur 28 mandats. Il se retira et appela à voter pour Marcellin Obviet contre le candidat des minoritaires Toussaint Orsini. Obviet, bien qu’arrivé en tête, ne se maintint pas et demanda à ses partisans de reporter leurs voix sur Maille. Celui-ci n’obtint que 14 voix et Orsini l’emporta. Pour expliquer cette absence de discipline chez les majoritaires, le commissaire spécial indiquait que Maille avait "trempé dans les affaires des coopératives ouvrières" de Doria. Il disparut par la suite de l’activité syndicale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article119530, notice MAILLE Bruno [MAILLE Tropez, Justin, Henri, Bruno] par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 5 janvier 2017.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat. F7/13021. — Arch. Dép. Var, 2 M 5.233, 4 M 41.4, 43, 52, 53, 3 Z 4.21. — Arch. Com. Toulon, 2 F 1 1. — Compte rendu de congrès. — Presse locale. — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément