MAILLOCHEAU Fernand, Julien, Henri

Par Alain Dalançon, Claude Pennetier

Né le 7 mai 1895 à Verrières (Vienne), mort le 28 décembre 1963 à Gouex (Vienne) ; cultivateur ; maire de Gouex à la Libération, député de la Vienne d’octobre 1945 à juin 1951.

Fernand Maillocheau
Fernand Maillocheau
Assemblée nationale

Fernand Maillocheau naquit, comme c’était la coutume, chez ses grands-parents maternels Muzard, agriculteurs au hameau de Dives à Verrières. Son père, Jules Maillocheau, était propriétaire exploitant agricole au village des Bordes dans la commune voisine de Gouex. Orphelin à deux ans de sa mère, Marie Muzard, décédée à 25 ans, Fernand fut d’abord élevé chez ses grands-parents paternels puis revint chez son père resté veuf un temps, mais qui se remaria en 1912 avec une veuve de son âge, Marie Debiais, née dans le village voisin, Queaux.
Au moment de sa mobilisation dans l’artillerie en décembre 1914, il était sellier-bourrelier. Promu brigadier en avril 1917, il fut blessé par un éclat d’obus le 17 août 1918 (pensionné à 10%), et revint à la vie civile en septembre 1919 avec la croix de guerre.
Dans la commune rurale de Gouex d’un peu plus de 600 habitants, sur la rive gauche de la Vienne, il était commerçant en charbon, puis entrepreneur en transports à l’époque de son mariage, le 4 juin 1930, avec Lucienne Abonneau, née en 1910 à Trizac dans le Cantal. Il ne reprit l’exploitation de son père, comme arboriculteur, que plus tard au milieu des années 1930.
Candidat aux élections municipales de Gouex en 1925, Fernand Maillocheau adhéra au Parti communiste en 1935 et entra au conseil municipal aux élections du mois de mai. Il fut élu maire, devenant ainsi le deuxième maire communiste du département après Georges Fouret. Il représenta le Parti communiste aux élections législatives d’avril 1936 dans la circonscription de Montmorillon et obtint 7,7 % des voix des électeurs inscrits ; il se désista en faveur du candidat socialiste Fleurant. Le Parti communiste le présenta aux élections cantonales à Lussac-les-Châteaux en octobre 1937.
Mobilisé en août 1939 et démobilisé en septembre, il fut rappelé six mois plus tard en mars 1940. Déchu de son mandat de maire, il reprit contact avec le Parti communiste par l’intermédiaire d’Alphonse Bouloux. Il fut arrêté le 28 septembre 1942, sans qu’il en connaisse la raison, et libéré deux jours après.
Maire de Gouex à la Libération, il fut élu député de son département d’octobre 1945 à juin 1951 : en seconde position de la liste dirigée par Alphonse Bouloux à la première et la seconde Assemblée nationale constituante, puis député de la Vienne de 1946 à 1951. Il siégea notamment à la commission de l’agriculture et du ravitaillement. En juin 1951, il fut victime du système des apparentements. Le Parti communiste le présenta sans succès pour le Conseil de la République (Sénat) en mai 1952, juin 1958 et en 1959. Sa gestion municipale était considérée comme exemplaire par le PCF. Duclos l’évoqua à la tribune du XIVe congrès en 1956 dans son rapport sur les municipalités communistes. En février 1959, Regard consacra un reportage à cette municipalité et, en juillet 1959, Waldeck L’Huillier inaugura à Gouex la première piscine du département, qui porta son nom par la suite.
Le Parti communiste le présenta sans succès aux élections cantonales à Lussac en 1945, 1949, 1955 et 1961.
Membre du comité fédéral communiste, Maillocheau apporta, au début de l’année 1949, son soutien à Bouloux, « le père de la Fédération », le « Marcel Cachin » de la Vienne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article119548, notice MAILLOCHEAU Fernand, Julien, Henri par Alain Dalançon, Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 11 septembre 2020.

Par Alain Dalançon, Claude Pennetier

Fernand Maillocheau
Fernand Maillocheau
Assemblée nationale

SOURCES : RGASPI, 495 270 312, fiche SMC 1950. — Arch. Dép. Vienne, état civil, registre matricule, recensements. — Le Monde, 31 décembre 1963. — G. Lachapelle, Les Élections législatives. — Site Assemblée nationale. — Notes d’Alain Léger.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément