MANGOT Joséphine [née MASCLET Joséphine, Victoire]

Par Jacques Girault

Née le 4 octobre 1886 à Flayosc (Var), morte le 7 mai 1948 à Carqueiranne (Var) ; institutrice ; militante du SN (CGT).

Joséphine Masclet, fille d’un exploitant forestier, avait un grand-père paternel, Joseph Masclet, dit “Sorde“ qui fut conseiller municipal socialiste de Draguignan (Var). Son père, exploitant forestier, mourut en 1894. Aînée de trois enfants, élève de l’école primaire supérieure de Draguignan, elle fut reçue à l’Ecole normale d’institutrices en 1902.
Elle exerça comme institutrice à Bauduen (1905), à Seillans (1906), puis à partir de 1906, à Carqueiranne comme adjointe, puis comme directrice. Elle se maria en septembre 1908 à Draguignan avec Etienne Mangot, secrétaire de mairie de Carqueiranne. Le couple eut un fils, Camille Mangot.
Membre de la section départementale du Syndicat national, élue le 11 avril 1932 au conseil départemental de l’enseignement primaire avec 439 voix, elle siégeait, à ce titre, au conseil syndical. Elle avait suspendu un portrait de Jaurès dans sa classe. Elle intervint dans divers meetings du Cartel des services publics à Toulon dans les années 1930.
Dénoncée par le maire Tassy auprès de l’Inspecteur d’académie en 1941, elle fut mise à la retraite d’office.
Après son décès à Carqueiranne, le 7 mai 1948, le conseil municipal de Carqueiranne, à majorité communiste, décida de donner le 18 juin 1948 son nom à une artère de la commune "pour honorer la mémoire de celle qui fut durant trente-trois ans institutrice, puis directrice, de l’école laïque."

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article119853, notice MANGOT Joséphine [née MASCLET Joséphine, Victoire] par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 29 avril 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Com. Carqueiranne. — Presse syndicale. — Renseignements fournis par Camille Mangot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément