MARTY Raoul [MARTY Jean, Marie, Raoul]

Par Louis Botella, Claude Pennetier

Né le 4 septembre 1883 à Montauban (Tarn-et-Garonne), mort le 30 août 1967 à Toulouse (Haute-Garonne) ; employé du cadre technique ; syndicaliste CGT puis Force ouvrière (FO) des tabacs et allumettes ; dirigeant syndical CGT puis FO de la Haute-Garonne ; résistant.

Raoul Marty effectua son service militaire au 3e Régiment du Génie et se maria en 1907 à Toulouse.

Raoul Marty fut embauché en 1910 à la Manufacture des Tabacs de Toulouse. L’année suivante, il devint secrétaire du syndicat CGT des ouvriers et ouvrières de cette manufacture, organisation qui groupait 750 syndiqués dont environ 600 femmes (voir Paule Bernard). En 1926, il avait été élu membre de la commission exécutive et archiviste de la Fédération nationale des travailleurs des tabacs et allumettes dont il devint secrétaire général adjoint en 1934.

Déjà élu en 1928 au Conseil supérieur du Travail, Raoul Marty, délégué CGT, fut reconduit dans cette fonction en 1930 dès le premier tour, par 989 voix sur 1 118 suffrages exprimés, pour le groupe IV (Industries chimiques, céramiques, verrerie, papier). Il assuma ce mandat jusqu’en 1940.

Fin novembre 1935, au congrès d’unification des syndicats CGTU et CGT, Raoul Marty fut élu secrétaire général adjoint de la Fédération reconstituée des tabacs et allumettes, dont le bureau ne comprenait que des anciens confédérés. Il resta en fonction pendant de très nombreuses années auprès de Marcelle Delabit, secrétaire générale.

Refusant toute collaboration avec le régime de Vichy, Raoul Marty prit part, à la fin de l’année 1940, à la reconstitution de la CGT clandestine. Il se félicita par la suite qu’aucun dirigeant de la Fédération des tabacs ne fut impliqué dans la politique de coopération avec ce régime.

Il entra en 1941, sous le nom de « César Dufour » au sein du Mouvement « Libération zone Sud » avec le colonel Bouneau et le syndicaliste Julien Forgues. Il participa activement, en étant, notamment, agent de liaison, aux actions des MUR (Mouvements unis de la Résistance) de la Haute-Garonne dont le chef fut le commandant Marcouire. Il devint, par la suite, membre du Comité départemental de Libération clandestin de la Haute-Garonne.

À la suite de l’arrestation par la police française, le 29 avril 1943, de Julien Forgues, d’abord mis en résidence surveillée puis activement recherché par la Gestapo allemande, Raoul Marty fut mis à la tête de l’UD CGT de la Haute-Garonne, en qualité de secrétaire suppléant, lors de la réunion du 17 avril 1943 du conseil d’administration clandestin de l’UD.

Il assuma cette fonction ainsi que celle de représentant de la CGT au Comité départemental de la Libération jusqu’au cours de l’été 1944 ; Julien Forgues reprit alors ses fonctions.

Lors de la scission intervenue en décembre 1947, Raoul Marty, contrairement à Julien Forgues, opta pour Force Ouvrière. Le 19 décembre 1947, il fut élu secrétaire général de l’Union départementale Force Ouvrière en voie de constitution. Cela n’empêcha pas la direction confédérale de Force Ouvrière de désigner, fin décembre 1947, Jean Coste, demeurant 2, cité Bonnefoy à Toulouse alors comme son responsable provisoire pour la Haute-Garonne.
Lors du congrès constitutif de l’UD-FO, tenu le 23 mai 1948 à Toulouse, Raoul Marty fut élu président et Bernard Abadie, secrétaire général.

Une cérémonie eut lieu le 14 janvier 1949 au siège de l’UD pour marquer le départ à la retraite de Raoul Marty, après 38 années de militantisme syndical. Au cours de cette réunion, la croix de guerre 1939-1945 avec palme et les insignes de chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur lui furent remises par son ancien chef dans la Résistance.

Lors du congrès suivant de l’UD, le 22 mai 1949, Raoul Marty et Bernard Abadie furent reconduits dans leurs fonctions respectives.

En 1959, à l’âge de soixante-seize ans, il participa encore au congrès confédéral de Force ouvrière.

En 1961, il fut élu président d’honneur de son union départementale et il le resta jusqu’à son décès intervenu le 30 août 1967.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article120765, notice MARTY Raoul [MARTY Jean, Marie, Raoul] par Louis Botella, Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 24 février 2020.

Par Louis Botella, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat. F7/12986, 13602. — Le Peuple, 7 mai 1923 et 18 décembre 1926. — Journal de Saint-Denis, 23 novembre 1935. — Le Travailleur parisien, avril-juin 1930. — Force ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 1er janvier et 10 juin 1948, 27 janvier et 2 juin 1949. — Comptes rendus des congrès confédéraux de Force Ouvrière de 1948 à 1959. - Georges Portales in Pages d’histoire, Raoul Marty (1883-1967), premier secrétaire en 1947, établies à partir des informations fournies par Raoul Marty, Union départementale Force Ouvrière de la Haute-Garonne, 19 juin 2009. — Yannick Delpoux in Étude sur la scission de la CGT et la naissance de la CGT-Force Ouvrière en Haute-Garonne, thèse soutenue sous la direction de Rolande Tempé. — Michel Goubet in La Résistance en Haute-Garonne sur CD Rom. - Notes de Georges Portalès. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément