MAUNIER Ernest [MAUNIER François, Ernest]

Par Jacques Girault

Né le 4 juillet 1866 à Flayosc (Var), mort le 2 octobre 1939 à Draguignan (Var) ; professeur ; socialiste SFIO, maire de Flayosc (1912-1919), conseiller général du canton de Draguignan (1913-1919, 1924-1937).

Fils d’un instituteur, Ernest Maunier passa sa jeunesse à Flayosc. Bachelier ès lettres en 1884, puis étudiant à la faculté des lettres d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), il milita contre le boulangisme. Licencié ès lettres en 1888 à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), aspirant répétiteur (1886-1888) puis maître répétiteur dans le lycée de la ville, il enseigna dans des classes élémentaires des lycées de Guéret (Creuse) à partir de 1889, Mignet d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) à partir de 1911. Candidat à l’agrégation de grammaire en 1893, il fut nommé professeur au collège de Draguignan en 1895, où il travailla jusqu’à sa retraite en septembre 1930. Pendant la guerre, il enseigna aussi les lettres au cours secondaire de jeunes filles. Pendant toute sa carrière, tous les rapports estimèrent la qualité de son enseignement et sa discrétion politique.

Marié à Draguignan en avril 1902, père de deux enfants, il habitait à Flayosc où il exerça les fonctions de secrétaire de mairie de 1901 à 1905. Membre du cercle socialiste de Draguignan, après l’unité de 1905, il fut un des principaux collaborateurs de l’hebdomadaire socialiste SFIO, Le Cri du Var. Initié le 6 mai 1905 à la loge « L’Égalité » (Grand-Orient de France) de Draguignan, il obtint un exeat le 1er janvier 1909. Il quitta la loge, avec le militant socialiste SFIO Marius Pascal, à la suite des contradictions entre francs-maçons à propos du droit syndical des fonctionnaires qui avaient été rendues publiques dans la presse locale.

Élu conseiller municipal, le 5 mai 1912, avec 341 voix sur 621 inscrits, Ernest Maunier devint maire de Flayosc et ne se représenta pas en 1919. Devenu le 3 août 1913 conseiller général du canton de Draguignan avec 1 164 voix sur 4 119 inscrits, il présida la commission départementale en 1917-1918 et ne se représenta pas en 1919. Il fit partie du comité départemental de soutien à la liste socialiste SFIO pour les élections législatives et de la commission du Parti socialiste SFIO qui prépara les élections sénatoriales en janvier 1920.

Le comité de la fédération socialiste SFIO le désigna en mai 1920 pour figurer dans la commission de révision des statuts. Resté au Parti socialiste SFIO après le congrès de Tours, il participa à la commission exécutive du comité général varois pour l’élection rouge en 1924.

Ernest Maunier, après la démission du conseiller général, seul candidat, l’emporta, le 22 juin 1924, avec 1 230 voix sur 3 477 inscrits. Réélu le 19 juillet 1925, « candidat de démocratie socialiste », avec 1 222 voix sur 3 535 inscrits, il conserva son siège le 18 octobre 1931, avec 1 330 voix sur 3 773 inscrits et ne se représenta pas en 1937.

Au Conseil général de 1925 à 1937, Maunier participa à la troisième commission (Agriculture, Instruction publique et vœux) et à la commission de l’Hydraulique. A partir de 1928, il siégea dans les commissions des bourses scolaires et de la natalité. Il représenta le conseil au Conseil départemental de l’enseignement primaire, au conseil de famille des pupilles de l’assistance publique, au comité départemental de la protection des enfants en premier âge, aux conseils d’administration des écoles normales d’instituteurs et institutrices. A partir de 1931, il fit partie de la nouvelle commission de l’électrification des campagnes. Secrétaire du conseil général en 1924, il en fut vice-président en 1929 et en 1935 et appartint à la commission départementale en 1928 et en 1936. Il assura le secrétariat du groupe laïque qui se constitua au Conseil général en novembre 1936.

Socialiste SFIO, membre du comité de soutien aux candidats socialistes SFIO aux élections législatives de 1928 et de 1932, il passa au Parti socialiste de France à la fin de 1933.

Président de la section de Draguignan de la Ligue des droits de l’Homme, vice-président puis président, à la fin des années 1920, de la Fédération varoise de la LDH, Ernest Maunier apporta son soutien en 1927 au rassemblement à Carcès (Var) lors de la cérémonie de réhabilitation d’un habitant de la commune fusillé pour l’exemple pendant la Grande Guerre. Délégué cantonal, membre du conseil de famille des enfants assistés auprès du juge de paix de Draguignan, il présidait au début des années 1930 l’œuvre des Pupilles de la Nation et exerçait une action militante en faveur des Assurances sociales, tout en participant à l’administration d’hospices.

Son nom fut donné au groupe scolaire de Flayosc.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article121169, notice MAUNIER Ernest [MAUNIER François, Ernest] par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 26 avril 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F/17 24155. — Arch. Dép. Var, 2 M 3 52, 5 236, 261, 267, 280, 7 M 24 2, 4 M 59 2. — Conseil général, procès-verbaux. — Presse locale. — A. Lemonnier, Histoire du conseil général. — Renseignements fournis par la mairie de Flayosc. — Notes de Maurice Mistre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément