MAZARS Victor

Par Jean Maitron et Claude Pennetier

Né le 14 septembre 1856 à Rignac (Aveyron), ; mort le 12 février 1923 à Decazeville ; mineur ; militant syndical et socialiste.

Militant socialiste de l’Aveyron, Victor Mazars entraîna la majorité des groupes du département dans une fédération d’unité socialiste révolutionnaire lors de l’affaire Millerand (1899). Ouvrier mineur à Decazeville, il avait été secrétaire du syndicat local de la mine ; il était délégué mineur à la sécurité et conseiller prud’homme quand, en 1902, il recueillit près de 5 000 voix aux élections législatives dans la 2e circonscription de Villefranche-de-Rouergue. Il n’en obtint que 1 059 en 1906 dans l’arrondissement de Rodez. Cependant l’unité était réalisée et il en avait été l’initiateur local : comme secrétaire de la fédération d’USR, il avait pris l’initiative de la création d’une commission départementale d’unification. Le 1er juin 1905, la Fédération départementale de la SFIO était organisée. Mazars la représenta aux congrès nationaux de Nancy (1907) et de Paris (juillet 1910).

Le 25 septembre 1910 avait été créée l’Union départementale des syndicats du bassin houiller de Rodez et environs, adhérente de la CGT. Mazars en fut le secrétaire général. Autres dirigeants : A. Rives et Panissal au poste de secrétaire adjoint ; P. Guenot, trésorier. Mazars était alors représentant de commerce. Il fut délégué aux Xe , XIe et XIIe congrès nationaux corporatifs de la CGT, tenus respectivement à Marseille (octobre 1908), Toulouse (octobre 1910) et Le Havre (septembre 1912).

Secrétaire général de la chambre syndicale des ouvriers mineurs de l’Aveyron en 1917-1920, Victor Mazars représentait l’aile modérée du mouvement syndical départemental. Au congrès de l’UD, le 7 septembre 1919, G. Verdier lui reprocha d’avoir négocié avec la compagnie pendant la grève des métallurgistes de juin-juillet, rassurant ainsi les patrons qui durcirent leur position vis-à-vis des métallurgistes. Mazars fut délégué au congrès national CGT de Lyon (1919). Il présida le congrès de la Fédération des mineurs et similaires du Sud-Ouest, le 14 mars 1920 à Cransac. L’année suivante, le vieux mineur garda le secrétariat du syndicat de Decazeville. Mazars avait été élu maire adjoint socialiste de Decazeville, en décembre 1919.

En juin 1922, Victor Mazars fut candidat de la CGT contre Isidore Michel de la CGTU aux élections à la caisse autonome des retraites des ouvriers mineurs du Gard. Vainqueur à La Grand’Combe et à Bessèges, il fut battu dans les autres localités minières et n’obtint au total que 1 836 suffrages contre 2 267 à Michel.

Le 44e congrès de la Fédération du Sous-sol se réunit du 24 au 28 septembre 1932 à Decazeville, dans une salle décorée d’un portrait de Mazars. Dans son discours inaugural, Albert Rieux rendit hommage à la mémoire du pionnier du syndicalisme dans le bassin minier de l’Aveyron.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article121361, notice MAZARS Victor par Jean Maitron et Claude Pennetier, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 8 mai 2021.

Par Jean Maitron et Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat. F7/12974, 13567 et 13599. — Comptes rendus des congrès socialistes. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes, t. I, op. cit., pp. 146 à 148, passim. — L’Éclaireur, 1916-1921. — Donald Reid, Les Mineurs de Decazeville : Historique de la désindustrialisation (Decazeville : A.S.P.I.B.D., 2009). — Le Syndicaliste, 1919. — Le Cri des travailleurs (Tarn), 1920-1923. — Le Réveil des mineurs, juin 1922. — Le Progrès de l’Aveyron, 1932.

ICONOGRAPHIE : Hubert-Rouger, op. cit., p. 146.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément